Dans un Québec plus que jamais connecté, les plus jeunes font un usage toujours plus diversifié du Web (CEFRIO)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Dans un Québec plus que jamais connecté, les plus jeunes font un usage toujours plus diversifié du Web

Découvrez les profils numériques des Québécois selon différents groupes d’âge

Les adultes québécois, tous âges confondus, sont de plus en plus connectés et une majorité d’entre eux accède quotidiennement à Internet. C’est dans l’usage qu’ils font de ce temps de connexion qu’ils se distinguent grandement, les 18 à 54 ans y réalisant une multitude d’actions, dont l’adoption par leurs aînés n’est pas encore aussi répandue. Voilà l’une des grandes tendances révélées par le CEFRIO dans un comparatif par génération mené dans l’enquête NETendances 2017 et rendu public aujourd’hui.

Quotidiennement, c’est 93 % des adultes québécois de 18 à 34 ans qui accèdent au Web, comparativement à 85 % pour les 35 à 54 ans, 72 % pour les 55 à 64 ans, et 58 % des 65 ans et plus.

Citation

« On peut ainsi parler d’un usage généralisé. C’est la diversité de l’usage qui vient distinguer les tranches d’âges : plus les adultes québécois sont jeunes, plus ils effectuent un usage varié du Web, que ce soit pour le divertissement ou l’achat en ligne, autant que dans l’usage de services bancaires », observe Claire Bourget, directrice principale, Recherche marketing au CEFRIO.

Téléchargez les fiches complètes par groupes d’âges au format PDF :

Les plus jeunes disposés à acheter, s’informer et se divertir en ligne

Ainsi, les plus jeunes sont plus disposés que leurs aînés à effectuer des achats en ligne, alors que 76 % des 18 à 34 ans ont fait au moins un achat en ligne en 2017, comparativement à 66 % pour les 34 à 54 ans, 46 % pour les 55 à 64 ans et 29 % pour les 65 ans et plus.

Il en est de même pour le divertissement en ligne, alors que la quasi-totalité (95 %) des adultes âgés de 18 à 34 ans regarde des vidéos, des films ou des émissions sur Internet, et qu’une forte majorité (85 %) des 35 à 54 ans en fait de même, comparativement à 70 % des 55 à 64 ans, et 49 % des 65 ans et plus.

Les services payants de visionnement en ligne sont également utilisés par deux adultes québécois sur trois de 18 à 34 ans (64 %), et un adulte sur deux de 35 à 54 ans (51 %).

On observe une situation similaire en ce qui concerne les opérations bancaires en ligne. En effet bien que la moitié (49 %) des 65 ans et plus a indiqué avoir effectué ce type de pratique au cours du dernier mois, reste que, ici encore, les plus jeunes ont adopté de façon élargie cette méthode, ce total atteignant 89 % des 18 à 34 ans et 79 % des 35 à 54 ans.

Ceux-ci sont également plus ouverts face à la possibilité de déposer un chèque en prenant une photo de celui-ci par le biais d’applications bancaires en ligne, déjà mise en pratique par 20 % des 18 à 34 ans et 15 % des 35 à 54 ans.

Face à l’ensemble de ces usages, il faut dire que les internautes québécois de 65 ans et plus se considèrent toutefois moins habiles : 24 % d’entre eux seulement qualifient « d’élevé » leur niveau de compétences sur Internet, alors que la moyenne se situe à 50 %. À l’opposé, les 18 à 34 ans, eux, sont 64 % à l’évaluer ainsi.

Entre médias Web et médias traditionnels

Dans la même logique, l’Internet est le principal moyen utilisé par les adultes âgés de 18 à 34 ans (90 %) pour accéder à de l’information journalistique ou à des nouvelles. De façon générale, ceux-ci y accèdent par le biais de sites Web (60 %), des médias sociaux (60 %) ou d’applications mobiles (40 %).

« Les personnes plus âgées continuent de préférer les médias traditionnels. C’est le cas pour 88 % des 35 à 54 ans, 92 % des 55 à 64 ans, et pour la quasi-totalité – 97 % – des 65 ans et plus. Malgré tout, cette préférence ne les empêche pas de profiter du Web pour s’informer! C’est d’ailleurs le cas pour 74 % des 35 à 54 ans, 62 % des 55 à 64 ans, et pour 48 % de leurs aînés », poursuit Claire Bourget.

Par ailleurs, si 54 % des 18 à 34 ans et 45 % des 35 à 54 ans consultent les nouvelles sur un appareil mobile, ce ne sont que 30 % des 55 à 64 ans et 25 % des 65 ans et plus qui utilisent un téléphone intelligent ou une tablette électronique pour faire de même.

Le téléphone fixe toujours prisé chez les plus âgés

Il faut dire que les 18 à 34 ans et les 35 à 54 ans utilisent de façon généralisée (respectivement 74 % et 70 %) le téléphone intelligent, alors que c’est le téléphone fixe qui reste l’outil le plus populaire pour les communications chez les plus âgés (89 % pour les 65 ans et plus, 79 % chez les 55 à 64 ans).

Enfin, les adultes québécois âgés de 35 à 54 ans sont significativement plus nombreux à détenir une tablette (63 %), suivis par les 55 à 64 ans (53 %). Cet outil semble moins présent chez les 18 à 34 ans (46 %) et les 65 ans et plus (45 %).

Découvrez l’ensemble des fiches par groupes d’âges, analyses, graphiques et notes méthodologiques 

À propos de NETendances 2017

L’enquête NETendances du CEFRIO dresse depuis plus de 17 ans un portrait intégré et actualisé des grandes tendances en matière d’utilisation du Web et du numérique au Québec. NETendances 2017 a été réalisé grâce au soutien financier de Mouvement des caisses Desjardins, de Vidéotron, de Services Québec (ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale), sans oublier la collaboration de BIP Recherche.

À propos du CEFRIO

Organisme de recherche et d’innovation, le CEFRIO accompagne les entreprises et les organisations dans la transformation de leurs processus et pratiques d’affaires par l’appropriation du numérique. Membre de QuébecInnove, le CEFRIO est mandaté par le gouvernement du Québec afin d’agir comme accélérateur de la culture numérique dans les organisations. Il recherche, expérimente, enquête et fait connaître les usages du numérique dans tous les volets de la société. Son action s’appuie sur une équipe expérimentée, un réseau de plus de 90 chercheurs ainsi que l’engagement de plus de 280 membres. Son principal partenaire financier est le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation.

– 30-

Source : CEFRIO | www.cefrio.qc.ca

Lire ce communiqué de presse en ligne

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 040 autres abonnés

%d blogueurs aiment ce contenu :