2e colloque international de la série Autour de l’adulte de demain : le numérique, à quoi ça sert? (BAnQ)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

2e colloque international de la série Autour de l’adulte de demain : le numérique, à quoi ça sert?

 

Le mercredi 4 et le jeudi 5 avril 2018
Grande Bibliothèque, Montréal (Québec)
Organisé par Bibliothèque et Archives nationales du Québec et l’Université du Québec à Montréal

Appel à communications, à ateliers et à présentations éclair

Thème du colloque
Formats des présentations et axes thématiques du colloque
Consignes pour une soumission de proposition
Calendrier
Inscription
Comité organisateur et scientifique
À propos de la série Autour de l’adulte de demain

Thème du colloque

Au tournant du XXIe siècle, on employait l’acronyme « TIC » (technologies de l’information et de la communication) pour parler des « nouvelles » technologies qui nous permettaient de nous informer et de communiquer plus facilement et plus rapidement qu’avant. Le terme « numérique » a ensuite fait son apparition dans les discours publics pour qualifier les technologies et les médias ayant en commun le code binaire comme mode de production et de restitution des documents audio, textuels et visuels. En ce moment, l’expression « le numérique » tend à s’imposer pour désigner l’ensemble des pratiques sociales et professionnelles impliquant un usage – ne serait-ce que marginal et rudimentaire – de ces technologies et nouveaux médias.

Ce glissement sémantique entraîne avec lui un phénomène de réaménagement des priorités éducatives dans notre imaginaire collectif : « à l’ère du numérique », le développement des compétences techniques des jeunes constituerait désormais la nouvelle voie à suivre pour assurer leur réussite scolaire et professionnelle. Or, cette nouvelle idéologie du « tout numérique » semble laisser dans l’ombre des objectifs incontournables à intégrer à toute pédagogie et médiation qui se voudraient le moindrement critiques et axées sur l’autonomisation des jeunes : le développement de l’esprit critique, la socialisation dans le respect de l’autre et la maîtrise de différents langages de communication.

C’est pourquoi ce deuxième colloque de la série Autour de l’adulte de demain vous invite à réfléchir d’une manière critique à la question suivante : Le numérique, à quoi ça sert? Dans le cadre de communications, d’ateliers et de présentations éclair, chercheurs, bibliothécaires, enseignants, intervenants auprès des jeunes, créateurs et diffuseurs d’œuvres et de médias jeunesse, étudiants, parents et citoyens sont conviés à venir présenter le fruit de leur réflexion individuelle et collective relative à cette question qui traite d’un sujet incontournable : la finalité réelle de toute intervention éducative impliquant un usage du numérique ou visant la formation des jeunes au numérique.

Formats des présentations et axes thématiques du colloque

Les propositions soumises pour évaluation pourront prendre la forme d’une communication « classique », d’un atelier ou d’une présentation éclair. Les communications et les ateliers dureront 30 minutes. Ils seront suivis d’une période d’échanges de 15 minutes. Les présentations éclair dureront 15 minutes. Des périodes d’échanges de 5 minutes suivront.

Chacune des propositions doit s’inscrire dans un des quatre axes thématiques structurant le colloque.

  1. La production et la diffusion des œuvres et des médias jeunesse
  2. La réception des œuvres et des médias par les jeunes
  3. La médiation culturelle et l’éducation aux médias dans différents contextes
  4. Les jeunes comme auteurs et producteurs de contenus

Consignes pour une soumission de proposition

Les propositions de communication, d’atelier ou de présentation éclair devront être soumises au comité organisateur et scientifique dans un document en format Word, avant le 31 octobre 2017, à pascale.grenier@banq.qc.ca.

Chacune des propositions devra contenir l’ensemble des informations suivantes :

  • prénom, nom et affiliation professionnelle de chacun des conférenciers et des collaborateurs;
  • courriel des conférenciers et des collaborateurs;
  • mention du format choisi : communication, atelier ou présentation éclair;
  • mention de l’axe thématique retenu parmi les quatre axes mentionnés ci-dessus;
  • titre provisoire de la communication, de l’atelier ou de la présentation éclair;
  • présentation du contenu de la communication, de l’atelier ou de la présentation éclair – un maximum de 200 mots;
  • bibliographie s’il y a lieu.

Afin que votre proposition soit considérée par le comité organisateur et scientifique, veuillez vous assurer que les consignes ont toutes été respectées. Une publication est envisagée à la suite du colloque.

Calendrier

  • Diffusion de l’appel : 29 septembre 2017
  • Clôture de la réception des propositions : 31 octobre 2017
  • Annonce des décisions du comité d’évaluation : début décembre
  • Publicisation du programme du colloque : mi-janvier
  • Tenue du colloque : le mercredi 4 et le jeudi 5 avril 2018, avec possiblement un événement spécial la soirée du mardi 3 avril 2018

Inscription

Frais d’inscription de 75 $ pour les deux jours ou de 50 $ pour une seule journée.

Les participants (conférenciers, communicateurs, animateurs, présidents de séance, membres du comité organisateur et scientifique et bénévoles), les membres du personnel de BAnQ, les membres du personnel et les étudiants de l’UQAM – en donnant une preuve de participation au colloque ou à sa réalisation, ou d’affiliation à l’une des deux institutions – pourront accéder gratuitement à toutes les activités.

Modalités d’inscription à venir.

Comité organisateur et scientifique

Marie-Christine Beaudry, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Mathieu Bégin, TÉLUQ

Marie-Ève Courchesne, Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Pascale Grenier, Bibliothèque et Archives nationales du Québec

À propos de la série Autour de l’adulte de demain

Ouverte à tous, cette série de colloques a pour principal objectif de favoriser le partage de connaissances, de réflexions et d’expériences entre chercheurs, bibliothécaires, enseignants, intervenants auprès des jeunes, créateurs et diffuseurs d’œuvres et de médias jeunesse, étudiants, parents et citoyens, à propos du développement de la littératie chez l’enfant et l’adolescent. En écho à la Journée internationale du livre pour enfants qui se célèbre le 2 avril, les événements de la série Autour de l’adulte de demain ont lieu début avril.

Le premier colloque de la série s’est tenu les 2 et 3 avril 2012 à la Grande Bibliothèque (Montréal, Québec) et s’intitulait Développer l’enfant philosophe et critique par la littérature jeunesse dans la société du savoir.

Une journée de réflexion a aussi eu lieu le 3 avril 2017. Intitulée De la culture de l’écrit à la culture de l’écran, celle-ci a servi à mieux définir le thème du colloque de 2018 et à cerner davantage les enjeux liés au numérique dans les milieux d’apprentissages des enfants et des jeunes.

SOURCE : Bibliothèque et Archives nationales du Québec


Voir aussi :

Le premier colloque de la série : Développer l’enfant philosophe et critique par la littérature jeunesse dans la société du savoir.

Actes du colloque

Le colloque Autour de l’adulte de demain : développer l’enfant philosophe et critique par la littérature jeunesse dans la société du savoir a eu lieu les 2 et 3 avril 2012 à la Grande Bibliothèque. Organisé en collaboration par Bibliothèque et Archives nationales du Québec et l’Université du Québec à Montréal, il avait pour principal objectif le partage de connaissances, d’expériences et de réflexions en ce qui concerne le développement de l’enfant et de l’adolescent en tant que lecteur critique. Les actes du colloque, qui sont présentés ici, regroupent les textes que certains présentateurs ont fournis à la suite de leur communication. Nous tenons à les remercier de leur contribution.

Introduction : Quand la littérature jeunesse pense l’enfant philosophe et critique [Word – 39 Ko ou PDF – 54 Ko], par Marie-Christine Beaudry et Pascale Grenier
Lire pour construire sa machinerie interprétative [Word – 57 Ko ou PDF – 55 Ko], par Christian Poslaniec

Résumé

Les capacités interprétatives se construisent dans le cerveau quand des liaisons stables s’établissent entre quantités de neurones qui associent, de façon signifiante, la mémoire, les constats de réalité, les émotions, les sensations, et tout ce qui relève de ce qu’Umberto Eco appelle « l’encyclopédie personnelle du lecteur ». La lecture, en effet, joue un rôle primordial dans ce phénomène. Alors que les autres supports artistiques et informatifs imposent leur architecture, leur rythme, leurs images, la lecture motivée nécessite que le lecteur construise tout lui-même, à son propre profit. La littérature, plus exigeante encore, puisqu’elle propose ses petites structures signifiantes et complexes que sont les tropes, est encore plus efficace, et les premiers apprentissages de lecteur impliqué doivent naturellement passer par la littérature de jeunesse.

Lire et écrire avec la littérature pour la jeunesse : un chemin vers la pensée critique [Word – 1125 Ko ou PDF – 243 Ko], par Laurence Allain-Le Forestier et Anne-Rozenn Morel

Résumé

Nous proposons de dresser un panorama de la production littéraire offerte aux enfants à travers l’exemple représentatif du Prix des Incorruptibles (23 ans). Un comité de lecture composé d’enseignants, de bibliothécaires et de parents sélectionne six ouvrages par niveau, les élèves élisent Le prix parmi ces ouvrages. Il permet ainsi de donner un aperçu des exigences des adultes et des goûts des enfants quant à la production littéraire actuelle. Nous penchant sur les cinq dernières années pour le niveau CM2-6 e (10-11 ans), nous analyserons en quoi cette production est le reflet de notre société et quels en sont les enjeux. Nous examinerons la portée des ces œuvres à travers leurs discours didactique, moral ou philosophique, et nous nous intéresserons au rôle joué par l’enseignant pour permettre aux élèves de devenir des « penseurs ». Nous développerons l’activité d’écriture comme propice à la réflexion et interrogerons son rôle dans l’appropriation d’une pensée critique.

Le comportement informationnel des élèves du secondaire à l’ère des médias sociaux [Word – 84 Ko ou PDF – 91 Ko], par Audrey Laplante

Résumé

Plusieurs études démontrent que le réseau social représente pour plus d’un une source d’information privilégiée, y compris chez les adolescents. C’est dans ce contexte qu’est né le projet ROSINA (Les Réseaux sOciaux comme Source d’INformation chez les Adolescents) dont fait partie l’étude dont nous rapportons les résultats. L’étude visait à étudier la façon dont les adolescents (15-17 ans) utilisent leur réseau social pour obtenir l’aide et les informations dont ils ont besoin pour réaliser leurs travaux scolaires. Une attention particulière a été portée au rôle que jouent les médias sociaux dans ce processus afin d’évaluer l’impact qu’a eu l’apparition de ces nouveaux outils sur le comportement informationnel des adolescents. Le rôle des bibliothèques scolaires et publiques a aussi été examiné. À la lumière des résultats obtenus, nous proposons quelques suggestions de changements qui pourraient être apportés aux services offerts aux adolescents en bibliothèque afin de mieux répondre à leurs besoins.

À quoi pense la littérature de jeunesse ? Trois années d’ateliers de lecture philosophique avec les mêmes élèves à l’école primaire française [Word – 78 Ko ou PDF – 94 Ko], par Edwige Chirouter

Résumé

La communication présentera les conclusions principales de dix années de recherche sur le lien entre philosophie avec les enfants et littérature de jeunesse et notamment celles de notre thèse : À quoi pense la littérature de jeunesse ? Portée philosophique de la littérature et pratiques à visée philosophique à l’école élémentaire (2008). Dans cette recherche, nous avons suivi pendant trois années les mêmes élèves d’une école primaire française (de 8 à 11 ans). Nous y avons mené des ateliers de philosophie à partir de la lecture de récits (mise en réseau d’albums, contes, mythes, fables). Nous examinerons ainsi précisément en quoi la littérature – en mettant la problématique philosophique à « bonne distance », entre l’expérience personnelle, trop chargée d’affect, et le concept trop abstrait – permet effectivement à de très jeunes enfants d’entrer dans l’apprentissage de la pensée critique.

Nouvelle définition de l’enfance et enjeux pédagogiques de l’appréciation de l’image dans la littérature jeunesse [Word – 74 Ko ou PDF – 60 Ko], par Myriam Lemonchois

Résumé

Les milieux éducatifs font face à de nombreux changements, en particulier ceux qui affectent la définition de l’enfance. Une nouvelle conception de l’enfance, diffusée par la Convention relative aux droits de l’enfant, est apparue en 1989. Les enfants sont désormais définis comme des acteurs sociaux : leur parole peut faire autorité. Depuis, des critiques se sont élevées contre le fait que les théories sur le développement ont conduit à sous-estimer les capacités des enfants. Quelles sont les modalités qui favorisent la capacité des élèves à penser par eux-mêmes? Comment ces modalités peuvent-elles être en accord avec la nouvelle définition de l’enfance lorsque l’objectif est de développer la compétence à apprécier des images en littérature jeunesse ? Cet article propose une réponse à ces questions.

La philosophie pour les enfants : finalités, pédagogie et outils littéraires : examen du matériel destiné aux enfants dans le programme de Philosophie pour les enfants de Matthew Lipman [Word – 84 Ko ou PDF – 130 Ko], par Michel Sasseville

Résumé

Le programme de philosophie pour les enfants de Matthew Lipman s’appuie sur des histoires philosophiques écrites pour les enfants. Remplissant plusieurs fonctions dans ce programme, elles ont notamment pour but de motiver les enfants à s’engager dans des pratiques de la philosophie; elles fournissent des modèles de ces activités en montrant différentes pratiques de la philosophie; elles permettent d’inviter les enfants à examiner leur expérience quotidienne en centrant l’attention sur ses dimensions intrigantes et problématiques; elles visent à initier les enfants à la culture philosophique de manière non dogmatique; prenant la forme d’une recherche dialogique, elles donnent à l’enfant-lecteur la possibilité de ne pas avoir à lutter avec les prétentions de vérité d’un auteur; combinées à des pratiques de la philosophie en classe, elles pourraient contribuer à une unification du curriculum scolaire.

Apprendre à penser par soi-même en Communautés de Recherche Philosophique [Word – 85 Ko ou PDF – 102 Ko], par Nancy Allen et Anne Brel-Cloutier

Résumé

L’apprentissage d’une pensée critique chez l’enfant ne s’opèrerait pas à travers la transmission du savoir du maître, mais bien à travers le questionnement et les échanges d’idées, forgeant ainsi une co- construction de connaissances (Moshman, 1998, 2004; Piaget , 1985, 2000) . En ce sens, il est souhaitable de laisser à l’enfant l’autonomie nécessaire pour penser par lui-même afin d’éveiller chez lui une pensée rationnelle et créative (Lipman 1980) . C’est précisément ce que permettent les CRP.

Notre contribution soutient l’alliance entre les objets d’enseignement variés, entre autres, l’album pour la jeunesse, et la pédagogie de Lipman, pour faciliter le développement de stratégies de raisonnement chez l’enfant philosophe. Puisque la philosophie chez les enfants en CRP se veut un outil de perfectionnement de la pensée par et pour soi-même, l’adulte devient un guide aidant dans ce processus (Sasseville, 2009) et des pistes à utiliser en salle de classe sont, à cet effet, offertes.

L’importance de la lecture et de la prise de parole dans les Communautés de Recherche Philosophique (désormais CRP) n’est plus à démontrer et peut prendre de multiples formes. Nous ferons ici référence à des extraits vidéos d’une CRP japonaise dans laquelle de jeunes élèves de quatrième année sont amenés à lire des réflexions personnelles qu’ils ont écrites au sujet de thématiques plus dures de la vie, tel la mort et l’intimidation, à leur classe, puis à réfléchir collectivement sur ces dernières. Nous exposerons également le fonctionnement d’une CRP et sa contribution dans le développement du raisonnement et de l’esprit critique des enfants. Enfin, nous vous proposerons un album pour la jeunesse à utiliser dans différents niveaux et différentes matières scolaires, album qui est susceptible de faciliter la discussion autour de thématiques universelles.

Un répertoire d’albums québécois pour développer les habiletés interprétatives des élèves du primaire [Word – 214 Ko ou PDF – 179 Ko], par Elaine Turgeon

Résumé

Depuis quelques années, le concept d’œuvres résistantes (Maingueneau, 1990; Tauveron, 1999) intéresse les didacticiens et les enseignants qui souhaitent développer les habiletés interprétatives des élèves. Or, comme ce concept a surtout fait l’objet de travaux en France, les œuvres proposées par les chercheurs sont essentiellement européennes et plusieurs enseignants manifestent le souhait, lorsqu’on les familiarise avec ce concept, d’obtenir des suggestions d’œuvres québécoises. Dans le cadre de notre recherche doctorale, nous avons conçu et validé un outil destiné à analyser des albums jeunesse afin d’y cerner les éléments propices au travail interprétatif. À l’aide de cet outil, nous avons élaboré un répertoire d’albums québécois polysémiques (ouverts à une pluralité d’interprétations). Notre objectif, avec cette communication, serait principalement de faire jaillir la lumière sur les œuvres du corpus québécois susceptibles de favoriser le développement des habiletés interprétatives des élèves du primaire, notamment en dégageant les caractéristiques qui permettent de les identifier.

SOURCE : Actes du colloque, BAnQ

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 040 autres abonnés

%d blogueurs aiment ce contenu :