Les statistiques du dépôt légal – L’autoédition enregistre une augmentation de 57% en 7 ans au Québec

FRANCE ET QUÉBEC

Les statistiques du dépôt légal revêtent une grand importance pour se faire une idée de l’évolution de la production de livre. La France possède un Observatoire du dépôt légal publiant un rapport annuel.

FRANCE

La BnF publie chaque année une synthèse et des statistiques sur la production éditoriale nationale en s’appuyant sur les dépôts et collectes réalisés grâce au dépôt légal. Un focus sur la musique est intégré dans cette 6e édition, esquissant un panorama des grandes tendances du secteur : essor du vinyle, personnalités du monde de la musique les plus étudiées, diversification des acteurs, etc. Il propose également un réservoir de données statistiques sur les éditeurs, les imprimeurs, les genres, les disciplines, les supports, etc. Synthèse et focus de l’Observatoire du dépôt légal 2016

À TÉLÉCHARGER

Synthèse et focus de l’Observatoire du dépôt légal 2016

Synthèse et focus de l’Observatoire du dépôt légal 2015

Synthèse de l’Observatoire du dépôt légal 2014

Synthèse de l’Observatoire du dépôt légal 2013

Synthèse et focus de l’Observatoire du dépôt légal 2012

Synthèse et focus de l’Observatoire du dépôt légal 2011

Source web

 

QUÉBEC

Au Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, se fonde sur les statistiques du dépôt légal pour produire un document annuel sous le titre «Les statistiques de l’édition au Québec».

TÉLÉCHARGEMENTS

2015 PDF

2014 PDF

2013 PDF

2012 PDF

2011 PDF

2010 PDF [467 Ko]

2011 PDF

2010 PDF

2008 PDF

2007 PDF

2006 PDF

2003, 2004 et 2005 PDF

Les intéressés pourront éplucher pour fin d’analyse la liste des dépôts légal afin d’en tirer leurs propres observations et conclusion en consultant la Bibliographie du Québec :

Chaque document déposé fait l’objet d’une description bibliographique qui est versée dans le catalogue Iris qui recense tous les documents publiés ou numériques qui font partie des collections de BAnQ . Cette description est également intégrée dans la Bibliographie du Québec, un mensuel diffusé sur le portail Internet de BAnQ qui répertorie tous les documents déposés et qui est notamment consulté par le personnel des bibliothèques, centres de documentation et librairies.

Évidemment, le travail de synthèse sera compliqué, long et ardu d’autant plus que le données sont disponibles uniquement en ligne, c’est-à-dire qu’on ne peut pas les télécharger en format PDF. Il donc préférable de se référer aux document annuel «Statistiques de l’édition au Québec» donc voici quelques tableaux de l’édition 2015.

Cliquez sur la tableau pour agrandir. Source : Les statistiques de l’édition en 2015, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Le nombre de titres édités au Québec est passé de 10 276 en 2006 à 8 664 en 2015. C’est la première fois que le nombre de titres édités passe sous la barre de 9 000 depuis 2011. Est-ce que l’industrie comprend qu’elle se trouve en surproduction ?

Cliquez sur la tableau pour agrandir. Source : Les statistiques de l’édition en 2015, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Le tirage moyen est à son plus bas depuis 2006. ici encore, on peut se demander si l’industrie affiche une certaine compréhension de sa surproduction ?

Cliquez sur la tableau pour agrandir. Source : Les statistiques de l’édition en 2015, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Pendant que le nombre d’éditeurs commerciaux se maintient à un peu plus de 600, celui des éditeurs «individus» est passé de 473 en 2013 à 512 en 2015. Le document précise qu’on peut attribuer à l’autoédition une portion de 9% des titres publiés en 2015, soit 2% de plus que l’année antérieure.

Autoédition et Édition à compte d’auteur

Ce n’est qu’en 2010 que Bibliothèque et Archives nationales du Québec décide de plus inscrire l’autoédition parmi les éditeurs commerciaux.

Source : Les statistiques de l’édition en 2010, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

 

Cliquez sur la tableau pour agrandir. Source : Les statistiques de l’édition en 2010, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Ce tableau indique de le nombre d’individus éditeurs (autoédition) progresse à grand pas entre 2008 et 2010 passant de 287 à 323, puis à 512 en 2015, soit une augmentation de 56% sur sept ans. Ces statistiques confirme la tendance en faveur de l’autoédition. Cela sans compter les auteurs autoédités que ne procède pas au dépôt légal.

EN FRANCE, l’Observatoire du dépôt légal souligne dans son plus récent rapport (2016) :

Une autoédition en constante progression

Les entrées en autoédition progressent. En comptabilisant à la fois les auteurs autoédités et les ouvrages publiés à compte d’auteur ou par des prestataires de tirage à la demande, on estime que ce secteur représente environ 17% des titres en 2016, progressant régulièrement, après avoir atteint 10% en 2010. En 2016, 1 335 primo-déposants autoéditeurs ont été comptabilisés, soit près de la moitié des nouveaux déposants.

Et l’observatoire ajoute :

Le nombre d’éditeurs en hausse

Le nombre de déposants actifs, c’est-à-dire de déposants qui font au moins un dépôt dans l’année, a encore augmenté, sans pour autant atteindre le niveau d’il y a deux ans : 8 224 éditeurs ont été actifs cette année, contre 8 039 déposants en 2015 et 8 325 en 2014.
Les nouveaux déposants, autrement dit ceux qui déposent pour la première fois au cours de l’année, sont toujours nombreux. En 2016, ils sont 2 831 primo-déposants, soit un peu plus du tiers des déposants. Sur les cinq dernières années, cette proportion est restée assez stable. Il s’agit en grande majorité d’auto-éditeurs (47% en 2016 contre seulement 38% en 2012), suivis des éditeurs professionnels (25%) puis d’associations (18%). Malgré leur grand nombre, ils ne représentent que 8 à 10% (selon les années) de la production éditoriale.


L’autoédition et l’édition à compte d’auteur se développent donc plus que jamais. Les efforts de l’industrie traditionnelle du livre pour donner et perpétuer la mauvaise réputation de ces types d’édition ne gênent plus les auteurs et le développement de leur secteur. On pourra même affirmer que l’autoédition et l’édition à compte d’auteur se développent désormais indépendamment des critiques du monde officiel du livre. Autrefois ostracisé par l’industrie traditionnelle du livre, l’auteur autoédité ou édité à compte d’auteur affirme son indépendante et son autonomie au sein d’une toute nouvelle chaîne du livre que se préoccupe peu ou pas de ce qui se passe dans la chaîne traditionnelle du livre. En fait, bon nombre d’auteurs ne se donnent même plus la peine de soumettre leurs manuscrits à des éditeurs traditionnels passant directement à l’autoédition ou à l’édition à compte d’auteur.

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys


 

 

Enregistrer

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
One comment on “Les statistiques du dépôt légal – L’autoédition enregistre une augmentation de 57% en 7 ans au Québec

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :