Voici un auteur bien dompté par l’industrie québécoise du livre

Voici un auteur bien dompté par l’industrie québécoise du livre

Voici une chronique signée par un auteur bien dompté par son industrie du livre, David Goudreault. Publiée dans l’édition du 7 avril 2017 du quotidien LE TRIBUNE sous le titre «Les droits de l’auteur», cette chronique rassemble tous les stéréotypes et tous les préjugés en vogue dans l’industrie du livre, l’industrie «officielle» du livre, celle où seuls les achats de livres dans les librairies indépendantes ont une véritable valeur, celle qui rejette tout ce qu’elle ne contrôle pas, celle qui perçoit les chaînes de librairies et les grandes surfaces, nommément Costco, comme un ennemi.

Voici un auteur qui ne veut pas «cracher dans la soupe» et qui «ne se plaint pas», qui se dit «chanceux d’être publié», qui accepte sa précarité, bref, un auteur bien dompter par l’industrie du livre qui exige tout de lui, y compris la cession de ses droits d’auteur sur ses œuvres jusqu’à 50 ans après son décès pour une durée de vie des nouveautés de 120 jours en librairies à moins d’un succès, un succès qui, peu importe l’ampleur, ne pourra quand même pas le sortir de sa précarité.

Un auteur bien dompter, avec la langue de bois mou, politiquement correct. Un auteur qui remercie l’industrie qui l’exploite.

Plus encore, un auteur qui aime son bourreau, qui croit que l’industrie du livre est aussi précaire que lui : «Il faut regarder la vérité en face, la carrière d’auteur vient avec une certaine précarité, à l’intérieur d’une industrie elle-même menacée.» Aucun dictateur ne peut en espérer autant de «son» peuple. Ça ressemble étrangement au syndrome de Stockholm.


Le syndrome de Stockholm désigne un phénomène psychologique observé chez des otages ayant vécu durant une période prolongée avec leurs geôliers et qui ont développé une sorte d’empathie, de contagion émotionnelle vis-à-vis de ceux-ci, selon des mécanismes complexes d’identification et de survie.

Source : Wikipédia


Cliquez ici pour lire cette chronique


Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :