L’Action nationale fête ses 100 cent ans

“L’Action nationale : couverture du numéro double 8-9, volume LXI, avril-mai 1972. ,” Exposition du 100e de la revue L’Action nationale, consulté le 1 avril 2017,

Exposition virtuelle produite à l’occasion du 100e anniversaire de la revue L’Action nationale

Introduction

Servir la nation

Les institutions culturelles et intellectuelles n’ont pas la vie longue au Québec, surtout celles qui ne sont pas subventionnées par des institutions publiques et qui originent de la société civile. Les associations, les mouvement de pensée et les revues naissent, mais meurent rapidement au fil des changements de conjonctures et du manque de lecteurs. Lionel Groulx conscient du caractère éphémère de l’action intellectuelle s’étonnait en 1918 que la revue L’Action française ait pu célébrer son premier anniversaire : « Dans notre vie canadienne, écrivait-il, il n’y a qu’un seul événement qui soit plus banal que la naissance d’une revue et c’est la mort d’une revue.» 1 Ce constat empreint de pessimisme ne s’est toutefois pas appliqué à L’Action française-nationale, fondée en 1917, qui depuis un siècle, année après année, persiste à mener le combat pour la construction d’une nation de langue française en Amérique. Pour fin de comparaison, rappelons ici que le Reader’s Digest fut fondé en 1922.

L’histoire de L’Action nationale est en quelque sorte l’histoire de la nation québécoise dont elle a forgé l’identité par son action intellectuelle. Avec la publication de 1 000 numéros et plus de cent mille pages de texte, L’Action nationale a pris part à tous les combats qui ont fait l’histoire du XXe et XXIe siècle. À travers le siècle écoulé, les conjonctures et les problèmes ont varié et la revue a su adapter la stratégie de construction de la nation comme en témoignent les changements de mots d’ordre ou d’orientations : maintenir le catholicisme et la civilisation française en Amérique; reconquérir l’économie par l’éducation et la coopération, lutter contre la centralisation et défendre l’autonomie provinciale au nom de la théorie du pacte entre les deux nations, nationaliser les ressources naturelles, pour aboutir au projet global d’indépendance qui synthétise les aspirations d’une nation moderne. Cette lutte n’est pas achevée et L’Action nationale demeure indispensable tant que l’indépendance n’est pas faite parce que pour y arriver il faut de la cohérence et des convictions fortes.

1 Lionel Groulx, « Pour l’Action française », Dix ans d’Action française, Montréal, Bibliothèque de l’Action française, 1926, p. 43.


Cliquez ici pour visiter cette exposition virtuelle


Qui sommes-nous?

L’Action nationale, c’est plus de 10,000 articles signés par 1700 auteurs depuis sa fondation en 1917. D’André Laurendeau à Pierre Vadeboncoeur, de Lionel Groulx à Pierre Elliot Trudeau, de Richard Arès à Marcel Rioux, d’Esdras Minville à Fernand Dumont, et aujourd’hui encore dans les débats les plus chauds, il ne se trouve à peu près pas d’intellectuels québécois qui n’aient collaboré à L’Action nationale.

Culture

L’identité culturelle est sans conteste la principale caractéristique du peuple québécois en terre d’Amérique. C’est dans l’histoire et dans la tradition que la culture québécoise prend ses racines. Notre culture reflète nos moeurs, nos valeurs; elle exprime notre façon d’être, notre manière de vivre. Elle est traduite par nos écrits, notre musique, notre théâtre, nos chansons, notre architecture. La culture, c’est l’âme du peuple. C’est elle qui inspire l’indépendance. Rien de plus normal, en effet, qu’un pays pour porter une culture.

L’Action nationale fait une priorité de la promotion de la culture québécoise.

Politique

C’est pour bâtir un pays de langue française en Amérique que nous préconisons l’indépendance politique. Comme quelques millions de Québécoises et de Québécois, nous croyons que l’indépendance est la seule voie d’avenir pour le peuple québécois. Maître de son destin et de ses décisions, le Québec s’engagera sur la voie de la justice sociale, de l’équité et de l’ouverture sur le monde. Plus l’indépendance tardera à se réaliser, plus les coûts sociaux et politiques s’accroîtront. Quand on pense à l’avenir d’un pays, il faut être capable d’espérer, de rêver et d’innover.

L’Action nationale fait une priorité de la promotion de l’indépendance politique du Québec.

Société et économie

La réalité nous commande de dénoncer haut et fort les conditions d’existence qui sont le lot de trop de nos concitoyennes et concitoyens. Près du tiers de la population vit sous le seuil de la pauvreté. Dans un pays riche comme le Québec, c’est inadmissible. Trop de jeunes, de femmes seules et de personnes âgées vivent sans l’espoir d’un avenir meilleur. Le Québec compte trop de personnes bénéficiaires de l’aide sociale ou en chômage, une force de travail littéralement gaspillée, pendant qu’une part importante de notre richesse collective est exportée, créant emplois et richesse ailleurs.

L’Action nationale fait une priorité de la promotion d’un Québec qui ne serait plus coupé en deux, mais au contraire solidairement réuni.

La revue

Directeur: Robert Laplante
Directeur-adjoint: Sylvain Deschênes

Comité de rédaction
Mathieu Bock-Coté, Sylvain Deschênes, Robert Laplante, Lise Lebrun, Denis Monière, Sylvie Ménard, Michel Rioux, Pierre Serré

La ligue d’action nationale

L’Action nationale est publiée par la Ligue d’action nationale dont la mission est d’être un carrefour souverainiste où se débattent les aspirations de la nation québécoise comme collectivité de langue française suivant une tradition de réflexion critique, d’indépendance et d’engagement, à partir des situations d’actualité qui renvoient aux enjeux fondamentaux de notre avenir collectif.

Président : Denis Monière
Vice-président:
Christian Gagnon

Secrétaire : Michel Sarra-Bournet
Trésorier : Robert Ladouceur

Conseillers : Isabelle Le Breton, Simon-Pierre Savard-Tremblay

Ex Officio : Robert Laplante

Membres

Djemilah Benhabid, André Binette, Mathieu Bock-Côté, Robert Comeau, Charles-Philippe Courtois, Myriam D’Arcy,  Catherine Fournier, Henri Laberge, Tania Longpré, Jacques Martin, Danic Parenteau, Guillaume Rousseau, Patrick Sabourin, Pierre-Paul Sénéchal, Pierre Serré, Gilles Toupin

Membres honoraires

Christiane Bérubé, Nicole Boudreau, Guy Bouthillier, Jacques Brousseau, Hélène Chénier, Lucia Ferretti, Yvon Groulx, Léo Jacques, Delmas Lévesque, Yves Michaud, Pierre Noreau, Roméo Paquette, Hélène Pelletier-Baillargeon

Membres émérites

René Blanchard, Jean-Charles Claveau, Jacques-Yvan Morin, Paul-Émile Roy

 (mise à jour 13 janvier 2017)

Les origines de la Ligue d’action nationale
par Rosaire Morin
avril 2000


SOURCE : http://www.action-nationale.qc.ca/a-propos/103-qui-sommes-nous


Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :