Lecteur de soi-même: le sujet contemporain à l’épreuve des lectures numériques par Ariane Mayer

Lecteur de soi-même : le sujet contemporain à l’épreuve des lectures numériques par Ariane MAYER – Thèse présentée pour l’obtention du grade de Docteur de l’UTC Soutenue le 26 octobre 2016 – -Spécialité : Connaissance, Organisation et Systèmes Techniques. Cliquez ici pour télécharger ce document.

Ariane Mayer sait comment nous intéresser à un sujet de grande importance, «les transformations de la lecture littéraire dans l’environnement numérique», avec toute la philosophie utile pour le saisir en profondeur. Elle écrit: «Cette réflexion s’appuie sur deux hypothèses. La première, énoncée par Proust dans « Le Temps retrouvé », pose que « chaque lecteur est, quand il lit, le propre lecteur de soi-même », faisant ainsi de la lecture une matrice de subjectivation privilégiée, un lieu où le soi tout à la fois advient et se discerne. La seconde a été formulée par la neurologue Maryanne Wolf : « nous sommes la manière dont nous lisons ».» À lire absolument !

Au sujet de Ariane Mayer

Agrégée de philosophie, titulaire d’un Master II d’Esthétique et de Philosophie de l’art à Paris-IV Sorbonne, Ariane Mayer est aussi diplômée de HEC Paris, où elle a écrit un mémoire sur l’impact du numérique sur la création littéraire. Doctorante en philosophie depuis février 2013, elle travaille sur les mutations du rôle du lecteur à l’heure du texte numérique. Elle mène sa thèse dans le cadre de l’Institut de Recherche et d’Innovation (IRI – Centre Pompidou) et de l’Université Technologique de Compiègne (UTC). Elle a également effectué un stage de recherche doctorale au laboratoire NT2 (« Nouvelles Technologies Nouvelles Textualités »), à Montréal, entre mars et mai 2015.

Publications

Mayer Ariane, « Les ordres du monde. Enjeux des systèmes d’indexation des bibliothèques numériques », communication présentée le 28 mars 2015 au colloque « Reconstituer l’archive », Université Concordia, Montréal

Mayer Ariane, « The upheaval of art criticism in the digital age and the birth of art criticism in the seventeenth century: a parallel », contribution présentée le 25 novembre 2013 à un colloque sur la critique d’art à l’heure du numérique, organisé par le Goethe Institute de Zagreb

Mayer Ariane, « The impact of the digital medium on literary annotation », contribution présentée le 15 avril 2013 à un colloque sur l’annotation du département d’études littéraires de l’Université de Londres (UCL).

Mayer Ariane, « L’impact du numérique sur la création littéraire », Mémoire de recherche HEC/MAC 2012, Sous la direction d’Alain Busson, in digital-studios [En ligne]

Source : http://colloque2016.ecrituresnumeriques.ca/intervenants/ariane-mayer/


Résumé de la thèse

«Ce travail s’inscrit dans une réflexion philosophique sur les transformations de la lecture littéraire dans l’environnement numérique. Nous questionnons les enjeux des nouvelles formes et techniques de textualité du point de vue de la subjectivité, telle qu’elle se construit et s’interprète à la lumière de la lecture. Cette réflexion s’appuie sur deux hypothèses. La première, énoncée par Proust dans « Le Temps retrouvé », pose que « chaque lecteur est, quand il lit, le propre lecteur de soi-même », faisant ainsi de la lecture une matrice de subjectivation privilégiée, un lieu où le soi tout à la fois advient et se discerne. La seconde a été formulée par la neurologue Maryanne Wolf : « nous sommes la manière dont nous lisons ». Outre l’histoire qui est nous contée, les pratiques et techniques empiriques de l’acte de lecture participent eux aussi à notre constitution ontologique. Aujourd’hui, ces composantes empiriques sont bouleversées par le numérique qui offre de nouveaux supports, formes textuelles et espaces de lecture. Notre réflexion se situe à la rencontre entre une série de transformations technologiques et les métamorphoses herméneutiques qui en résultent. Si le livre a longtemps été une médiation pour se lire soi-même et un modèle de compréhension du monde, que devient notre relation à autrui et à soi quand il cède place à des objets inédits ? Nous abordons la lecture littéraire numérique comme un prisme à travers lequel interroger le devenir de la subjectivité contemporaine. Cette recherche invite à méditer sur le renouvellement de l’imaginaire esthétique, de l’imaginaire social et de l’imaginaire existentiel qu’éveille la rencontre du texte à l’heure électronique.»

Source : http://www.theses.fr/2016COMP2306


Téléchargement libre et gratuit

Cliquez ici pour télécharger ce document

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Documents et livres

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :