Le vieux Thomas et monsieur Eugène, roman fantastique – Littérature Jeunesse, Claire Gagnon, Fondation littéraire Fleur de Lys

c-claire-gagnon-1a-600

c-claire-gagnon-1b-600

Le vieux Thomas et monsieur Eugène
Roman fantastique
Littérature Jeunesse
CLAIRE GAGNON
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2016, 216 pages.
ISBN 978-2-89612-525-8
Exemplaire numérique PDF : 7.00$
Exemplaire numérique ePub : 7.00$

PRÉSENTATION

C’est à l’intérieur de ce conte que Lili nous dévoile un secret. Elle nous ramène dans ses jeunes années, alors qu’elle fréquentait une école secondaire. À l’époque, elle était bien loin de se douter que son projet de radio-école la conduirait tout droit vers un vieux local oublié. Le concierge de l’école, le vieux Thomas, lui fera découvrir ce mystérieux endroit. C’est là que sa vie prendra un tournant décisif et obligera, du même coup, les compagnons de son comité de radio-école à vivre de multiples aventures. Leur vie en sera désormais transformée.

EXTRAIT

Chapitre 1 – À la recherche d’un local

Nous étions à quelques semaines du congé de Noël et je n’avais toujours pas trouvé un local où mes compagnons et moi pourrions nous installer, afin d’y travailler à notre projet de radio-école.

Évidemment, la directrice de notre école s’était montrée intéressée à notre projet mais, malgré sa bonne promesse de nous dénicher un local, nous n’avions toujours rien. Il faut tout de même avouer que madame Lirette, notre directrice, est toujours fort occupée. Elle se court de réunion en réunion, elle se trotte souvent à la commission scolaire et revient à l’école d’un pas aussi rapide, les bras chargés de dossiers.

La voyant aussi affairée, j’avais alors décidé de partir sérieusement à la recherche d’un local. Bien sûr, j’avais demandé l’aide de mes compagnons avec lesquels j’avais formé notre comité radio-école. Nous étions neuf. Telle une garnison, nous étions tous fermement résolus à mener à terme notre projet. Aussi, chacun d’entre nous s’était engagé à patrouiller tous les corridors de l’école, les coins et les moindres recoins, mais en vain. Toujours rien !

Philippe et Jean s’étaient rendus à la bibliothèque, afin de vérifier si le local situé à l’arrière était disponible. Marion et Isaac, quant à eux, s’étaient dirigés vers les locaux où travaillaient les ouvriers responsables de la maintenance. Isabelle et Rick, pour leur part, s’étaient tournés vers la cafétéria, car Rick croyait qu’il y avait peut-être un petit local attenant à la cafétéria. Puis Max, Émilie et moi…euh ! J’oubliais de vous dire mon nom. Je m’appelle Lili. Bien ! Revenons à mon histoire ! Max avait cherché du côté de l’imprimerie. Émilie s’était présentée au bureau des éducateurs physiques, afin de leur demander si on pouvait l’aider à trouver un local. Quant à moi, Lili, je suis allée cogner à la porte du concierge et ce, après avoir cherché du côté de l’infirmière, du grand corridor où se trouvaient les bureaux de la psychologue, du travailleur social et aussi de l’orthopédagogue. Rien. Absolument rien ! Le seul endroit qu’il me restait donc à vérifier était le local du concierge.

Tout en cognant à sa porte, je me suis surprise à balbutier le nom de ce vieux saint Antoine de Padoue dont ma grand-mère m’avait si souvent parlé. Ce bon saint Antoine, comme elle aimait l’appeler, nous aide toujours à trouver ce que nous cherchons. En souriant, elle terminait toujours en me disant : « n’oublie jamais cela jeune fille, car un jour il te sera d’un grand service ! » Lentement, la porte s’ouvrit laissant apparaître le concierge, monsieur Thomas.

— Tiens donc, me dit-il, que me vaut cette visite ?

Monsieur Thomas regarda sa montre.

— Bien… mes amis et moi cherchons un local pour notre projet de radio-école et il est…

— Ah oui ! je sais, dit-il en m’interrompant, j’ai effectivement entendu parler de ce beau projet.

Tout à coup, la cloche retentit dans toute l’école annonçant le début de la troisième période. Je n’avais donc pas le choix de retourner en classe. Mais avant de partir, monsieur Thomas me demanda de revenir à la fin de la journée, car il connaissait un endroit qui pourrait peut-être se prêter à notre projet.

AU SUJET DE L’AUTEURE

C’est en Mauricie, sur une petite ferme, que j’ai grandi. Dès que j’ai su lire, ce sont les contes de tante Lucille ainsi que ceux de la comtesse de Ségur qui ont rempli mon enfance. Mon intérêt pour les contes, les mythes et les légendes m’a conduit à l’U.Q.T.R où j’ai étudié en littérature. Par la suite, je me suis dirigée vers l’enseignement. J’ai surtout travaillé auprès de jeunes en difficulté qui fréquentaient les secteurs adaptés. Maintenant que je suis à la retraite, je consacre le plus clair de mon temps à écrire des histoires.

OBTENIR VOTRE EXEMPLAIRE PDF OU ePUB

Cliquez ici pour obtenir votre exemplaire

 

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , ,
Publié dans Nouveaux livres

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire de nos nouveautés

Ce magazine littéraire est désormais réservé à l'annonce de nos nouveautés, à quelques exceptions près (textes de prise de position de votre éditeur).

Tous les autres articles au sujet du monde du livre sont publiés dans un magazine littéraire privé. Pour y accéder, envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante :


abonnement@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :