Critique de la campagne nationale de promotion du livre déployée par le ministère de la Culture et des Communication du Québec

Une subvention déguisée aux librairies agréées

jaimeleslivreslibrairie

Le ministère de la Culture et des communications du Québec a annoncé la relance de sa campagne nationale de promotion du livre qui se tient du 24 octobre au 18 novembre 2016 sous le thème «Pour de bonnes histoires, passez voir votre libraire». Sur le site web dédié à la campagne, le visiteur est invité à «TROUVER UNE LIBRAIRIE AGRÉÉE». Autrement dit, il n’est pas question ici de promouvoir tous les livres mais uniquement ceux qui se trouvent sur les tablettes des librairies agréées par le ministère. Car des livres, il y en a en plusieurs autres points de ventes au Québec : dépanneurs, supermarchés, magasins à grande surface, librairies uniquement en ligne sur internet (dites «librairie tout numérique»), sites web d’auteurs offrant eux-mêmes leurs livres en ligne,…

j-aime-les-livres-01

Cette campagne nationale de promotion du livre n’est rien de plus qu’une subvention du ministère aux librairies agréées, et seulement aux librairies agréées.

Elle nous rappelle la position du ministère face aux livres québécois : seuls les livres édités par un éditeur agréé par le ministère, distribués par un distributeur agréé par le ministère chez le libraire agréé par le ministère sont des LIVRES QUÉBÉCOIS reconnus par le ministère. L’agrément est nécessaire pour recevoir l’aide financière gouvernementale. Or, un libraire qui opère uniquement en ligne sur internet n’a pas accès à cet agrément du ministère parce que ce dernier juge que seules les librairies avec pignons sur rue sont de vraies librairies, et cela a force de loi (Loi du livre).

Un concours avec des prix indignes d’une action gouvernementale

580a714b9ff23-woobox_image_concours-avec-logos810

Source de l’image : http://woobox.com/cwdhjg

Voici un extrait du règlement du concours J’AIME LES LIVRES à l’occasion de cette campagne nationale de promotion du livre :

«Au total, six prix d’une valeur maximum de 60 $ chacun, et consistant en des livres d’auteurs québécois, seront remis à l’issue de ce concours.

Les gagnants sont responsables de tous frais additionnels non précisés aux présentes comme étant compris dans les prix, notamment les frais de déplacement et d’hébergement découlant de l’utilisation des prix.»

Source : Ministère de la culture et des communications du Québec

Le ministère consacre un maigre total de 360.00$ en prix pour ce concours NATIONAL. C’est une honte ! Avec 60.00$ par participant, on peut à peine recevoir deux ou trois livres québécois en prix compte tenu des prix vente élevés des livres d’ici. Qui plus est, vous devrez assumer vous-même les frais de déplacement voire d’hébergement pour recevoir vos prix. C’est presque de l’avarice.

J’image que le libraire souhaite prendre une photographie avec le gagnant plutôt que de lui adresser ses livres par la poste ou, pis encore, que le libraire n’a pas de librairie en ligne permettant au gagnant de choisir ses livres dans le confort de son foyer. Et qui sait si les titres des livres offerts ne sont pas imposés au gagnant. Le règlement n’est pas clair à ce sujet.

Le ministre de «l’industrie traditionnelle du livre»

Voici le Mot du ministre pour cette campagne nationale de promotion du livre :

«Le Plan d’action sur le livre lancé par le gouvernement du Québec en 2015 confirme la valeur, pour notre culture, du livre et de ceux qui le créent, l’éditent et le diffusent. Cet automne, le ministère de la Culture et des Communications relance la campagne nationale de promotion sur le livre.

Le livre est un bien culturel avec une forte valeur identitaire et il importe d’assurer sa pleine diffusion et son accessibilité. Cela est d’autant plus important que la lecture, comme pratique éducative ou culturelle, et l’accès aux livres sont des conditions de réussite et de réalisation personnelle et collective pour les citoyens québécois.

Avec cette campagne, je souhaite que la population continue de mesurer l’ampleur du talent littéraire qui s’exprime au Québec et de consulter les libraires qui le révèlent. Que toutes les Québécoises et tous les Québécois profitent des bonnes histoires qui s’écrivent chez eux, et pour eux!

Luc Fortin»

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec

Quiconque lit le Mot du ministre croient d’emblée qu’il parle de tous les livres, ceux des auteurs édités à compte d’éditeur, à compte d’auteur et autoédité. Mais ce n’est pas le cas, le ministre parle ici uniquement des livres produits par l’industrie traditionnelle du livre dont les entreprises sont agréées par son ministère. Il applique une politique d’exclusion plutôt qu’une politique d’inclusion, à l’instar de tous ses prédécesseurs.

À LIRE AUSSI

Qu’est-ce qu’un livre québécois ?

c-serge-andre-guay-5a-750

Québec – Le monde du livre et ses coulisses – Guide pratique et critique – Exemplaire numérique gratuit (PDF.

——

 

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
One comment on “Critique de la campagne nationale de promotion du livre déployée par le ministère de la Culture et des Communication du Québec

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :