Nouveauté : On carburait aux rêves, roman, Paul Angèle, Fondation littéraire Fleur de Lys

Microsoft Word - n.paul-angele.3.doc

On carburait aux rêves
Paul Angèle
Roman
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2016
6 X 9 pouces, 158 pages.
ISBN 978-2-89612-514-2
Édition numérique : 7.00$ (PDF)

PRÉSENTATION

Une veille de Pâques, dans les années 1970, Paul rencontre un étranger qui dit être lui-même quarante ans plus tard et être l’auteur de ce roman. Paul n’en croit pas un mot mais s’interrogera à maintes reprises par la suite.

«

— Je suis toi, quarante ans plus tard. Et je suis l’auteur de ce roman.

— Binquin! Comme si j’allais te crère! Pis à part de’t ça, t’as dit : « Je suis toi… » Icitte on aurait dit : « Chus toé ». Ça fait que tu peux pas être moé. Tu dois venir de Québec ou de Montréal.

— De Montréal. Tu vas perdre ton patois quand tu vas partir en ville, Paul. Tu verras…

— Viens pas me dire que je vas aller vivre à Montréal!

— Effectivement.

— Jamais! Pis que c’est que tu veux dire par « Je suis l’auteur de ce roman»? Chus quand même pas dans un livre, batinse?

— Oui. Vous êtes tous dans ce livre. Tout le village.

— T’es-tu fou toé viarge?

« Tous dans ce livre… Je sais pas c’est qui, ce gars-là, mais y est malade dans tête… »

Cet ouvrage est une évocation de la fin de l’adolescence de l’auteur. Bien que la plupart des lieux physiques où se déroule l’histoire existent vraiment, les personnages et les évènements, quoique inspirés de la réalité, sont – à quelques exceptions près – fictifs.

Ce qui n’est pas fictif, c’est l’atmosphère et le patois du village natal de l’auteur, qui évoque cette époque en disant : « Nous n’avions pas grand-chose et, souvent, nous devions inventer, imaginer, créer.

Rêver.

On carburait aux rêves. »

TABLES DES MATIÈRES

Droits d’auteur et ISBN

Note de l’auteur

* * *

Prologue

CHAPITRE 1 – MarieEau

CHAPITRE 2 – La Roche à Vitaline

CHAPITRE 3 – Ben Hur

CHAPITRE 4 – Le BED

CHAPITRE 5 – Le match

CHAPITRE 6 – La police

CHAPITRE 7 – La danse

CHAPITRE 8 – Le ski

CHAPITRE 9 – Quelques mots

CHAPITRE 10 – Le docteur

CHAPITRE 11 – Su`l sens du monde

CHAPITRE 12 – Le sevrage

CHAPITRE 13 – Le même rêve

CHAPITRE 14 – Printemps

CHAPITRE 15 – Dix-huit ans

CHAPITRE 16 – Malade dans tête

CHAPITRE 17 – Notre nid

CHAPITRE 18 – Un an ce soir…

CHAPITRE 19 – Mariepaul

CHAPITRE 20 – On carburait aux rêves

Prologue

* * *

Remerciements

Au sujet de l’auteur

Du même auteur

Communiquer avec l’auteur

EXTRAITS

«

— Je suis toi, quarante ans plus tard. Et je suis l’auteur de ce roman.

— Binquin! Comme si j’allais te crère! Pis à part de’t ça, t’as dit : « Je suis toi… » Icitte on aurait dit : « Chus toé ». Ça fait que tu peux pas être moé. Tu dois venir de Québec ou de Montréal.

— De Montréal. Tu vas perdre ton patois quand tu vas partir en ville, Paul. Tu verras…

— Viens pas me dire que je vas aller vivre à Montréal!

— Effectivement.

— Jamais ! Pis que c’est que tu veux dire par « Je suis l’auteur de ce roman» ? Chus quand même pas dans un livre, batinse ?

— Oui. Vous êtes tous dans ce livre. Tout le village.

— T’es-tu fou toé viarge ?

»

« Tous dans ce livre… Je sais pas c’est qui, ce gars-là, mais y est malade dans tête… »

* * *

«

Je repris ma bouteille et but à nouveau. Pas de doute, ça goûtait le vin rouge.

Je pris une autre gorgée, puis ma tête commença à tourner, tout devint flou. Des mots envahirent mon esprit. Je me mis à parler :

« Il est même une légende qui veut que des manifestations fantastiques se produisent certaines nuits, la nuit de Pâques en particulier. Force m’est de vous dire, alors que je plonge dans vos yeux, que ce ne sont ni du délire ni des histoires de vieux. Vous incarnez pour moi, madame, sans aucun doute ni équivoque, ce soir-même et à notre époque, la cristallisation du merveilleux. »

Un frisson me parcouru l’échine. Tout s’estompa.

Obscurité totale.

Ma main chercha à entrer en contact avec quelque chose. Des doigts la saisirent.

Puis, une lueur se manifesta, le brouillard se dissipa. Je recouvrai la vision.

MarieEau tenait ma main. Son regard était braqué sur moi, profond comme la nuit, brillant comme les étoiles. Elle me sourit. Je baissai la tête, embarrassé, ému, puis me redressai.

Près du feu, les gars et les filles étaient toujours paralysés, bouches béantes, me dévisageant comme si j’étais un extra-terrestre.

Zabette but une lampée d’amaretto et fixa son regard sur moi.

— Tu t’es-tu entendu, Crayon?

— Oui, mais c’est comme si c’était pas moé qui avait parlé, mais c’était moé quand même. Ça doit être le bonhomme de la lune…

Sauterelle leva les yeux vers le ciel.

— Le bonhomme de la lune? demanda-t-elle.

— Ouin… lui répondit Tricot. Un histoire à dormir deboute. Crayon y m’a dit que c’est un gars qui est venu le voir hier soir dans cour d’église avant qu’y rentre se coucher.

— Binquin! fit Clochette en s’esclaffant.

Je m’insurgeai.

— Je vous jure! Chus pas fou quand même! Y dit qui est moé quarante ans plus tard pis qu’on est toute dans un livre pis que c’est lui l’auteur. À crère qui est en train d’écrire ç’t’histoire-là. Ça devait être lui qui buvait du vin rouge pis qui m’a faite dire des affaires que… Des affaires que j’aime. Mais que c’est que je dis là? Comme si je commençais à le crère…

»

* * *

«

Je fermai les yeux. Je dansai.

Puis, un goût de vin rouge me monta au gosier. J’échappai deux mots :

— Maudite marde…

MarieEau s’immobilisa.

— Ça ne va pas? me demanda-t-elle.

— MarieEau, j’ai un goût de vin dans bouche. Comme le soir de la Roche à Vitaline, quand je t’avais dit des mots que tout le monde se demandait comment que je pouvais parler comme ça… Chus sûr que c’est le gars qui dit qui est moé pis qu’on est dans son livre. Y doit être en train de boère, taboère. Ça a pas d’allure, ç’t’affaire là…

Elle prit ma tête dans ses mains.

— Parle-moi… murmura-t-elle.

Mes pas étaient incertains. Les murs tournaient. Je m’accrochai à ses hanches.

Mes lèvres s’ouvrirent.

Je parlai.

« Je…

MarieEau…

Il ne reste qu’un jour avant que tu ne repartes,

Là-bas, à Montréal…

Un jour avant que j’aie mal.

Je te dis ces mots,

J’ignore si c’est moi qui parle ou si c’est cet homme qui dit être moi quarante ans plus tard

Ces mots… Je les découvre. Je les aime.

Ils sont comme des vêtements, comme des parfums sur la peau,

que l’on respire par les oreilles.

Ces mots… Je m’y perds aussi…

Ils m’habillent et me mettent à nu à la fois, devant toi.

Ces mots, je veux apprendre à les dire sans l’intervention de ce moi que je ne suis pas encore.

Mes doigts caressent tes hanches.

Si nous sommes dans un roman, je veux imprimer, ici et maintenant, dans les molécules de mes doigts de papier, la signature de ta peau.

Je veux imprégner dans mon cerveau le bleu de ton regard.

Quand tu seras loin, j’y ferai naufrage.

J’y serai bien. »

La chanson finit.

Il y avait du brouillard.

Nous dansions toujours, comme sur une autre musique, à l’intérieur de nous.

J’entendis la voix de MarieEau, me chuchotant à l’oreille :

— Embrasse-moi.

p.paul-angele.3.200AU SUJET DE L’AUTEUR

Paul Angèle est né à Saint-Paul de Montmagny, petit village des Appalaches, au Québec.

Développeur de logiciels depuis 1985, passionné par l’écriture dès l’adolescence, avec un premier roman inédit à l’âge de 16 ans.

Fasciné par la peinture pendant plusieurs années : quelque 150 toiles.

Participation au Salon du livre de Montréal en 2013 pour les Éditions CEC (série de romans Les apprentis détectives) et les Éditions Hurtubise (roman Effe).

COMMANDER VOTRE EXEMPLAIRE

Cliquez ici pour commander votre exemplaire numérique

Enregistrer

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Nouveaux livres

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire de nos nouveautés

Ce magazine littéraire est désormais réservé à l'annonce de nos nouveautés, à quelques exceptions près (textes de prise de position de votre éditeur).

Tous les autres articles au sujet du monde du livre sont publiés dans un magazine littéraire privé. Pour y accéder, envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante :


abonnement@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :