Monsieur Jésus – L’homme peut-il être dieu ?, essai, Normand Rousseau, Fondation littéraire Fleur de Lys

Microsoft Word - n.normand-rousseau.3.doc

Monsieur Jésus
L’homme peut-il être dieu ?
NORMAND ROUSSEAU
Essai
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2016, 690 pages.
ISBN 978-2-89612-488-6
Édition papier : 39.95$
Édition numérique : 7.00$ (PDF)

PRÉSENTATION

Pourquoi un livre sur la déification ou divinisation de l’être humain ? Parce que c’est un des phénomènes les plus étonnants, les plus meurtriers et les plus passionnants de l’Histoire de l’humanité. Aujourd’hui, on peut s’étonner, et avec raison, que des êtres humains aient eu l’arrogance de se prendre pour des dieux vivants. Le phénomène n’est pas encore mort, mais il s’est transformé et attend le moment pour sévir encore sous de nouveaux visages.

Avant Jésus, la déification de l’être humain a commencé avec le sédentarisme. Les rois des villes, les empereurs, certains grands hommes également se sont pris pour des dieux ou ont été déifiés.

Mais surtout ce livre démontre, évangiles en mains, que JÉSUS N’ÉTAIT PAS DIEU.

Il y a deux Jésus. D’abord, le Jésus noir qui approuve l’esclavage, la peine de mort, la torture, la guerre, le meurtre, le vol. Ce Jésus a détruit la famille. Ce Jésus n’aimait pas son prochain, ne pardonnait pas à ses ennemis, ne tendait pas l’autre joue, mentait effrontément et blasphémait. Ce Jésus était xénophobe, antisémite, rancunier, vengeur et intolérant. L’Église a suivi fidèlement son Jésus noir et ne l’a jamais trahi. Mais le Jésus blanc, doux et pacifique qui prêche l’amour du prochain et des ennemis est venu adoucir le Jésus noir. Ce Jésus, l’Église l’a enseigné à ses fidèles pour s’assurer leur soumission.

Jésus a été divinisé et son mythe a été imposé par le christianisme à de nombreux peuples. Ce livre analyse les titres prestigieux de Jésus qui ne lui confèrent pas pour autant la divinité, sa morale qui n’est pas originale et qu’il ne pratique pas, ses miracles parfois maléfiques, son enseignement confus et les grands événements de sa vie pour conclure qu’aucun de ces critères ne peut faire de Monsieur Jésus un dieu. Argument qui tue : JÉSUS NIE SA PROPRE DIVINITÉ. Enfin, la divinité de Jésus est une croyance païenne, résultat d’une décision politique, sans compter que le dogme de l’Incarnation est en contradiction avec la doctrine de l’Église et enfin cette divinité est niée par les révélations du judaïsme et de l’islam.

Comme pour tous les hommes déifiés, la déification de Jésus a entraîné des crimes sans nom : croisades, esclavage, antisémitisme, Inquisition, chasses aux sorcières, guerres saintes, guerres de religion, etc.

Après Jésus, la déification des papes, des rois, des saints, des dictateurs modernes ont entraîné des crimes effroyables : conquêtes, guerres, massacres, génocides.

Des femmes furent divinisées au cours de l’Histoire. Marie, la mère de Jésus, est une quasi-déesse dans le catholicisme. Des impératrices furent divinisées.

Des vedettes modernes comme Presley, Diana, Eva Peron ont été à leur façon déifiées.

Ce livre raconte l’Histoire étonnante et passionnante de l’homme qui se prend pour un dieu. Qui veut faire l’ange fait la bête, QUI SE PRÉTEND DIEU SE TRANSFORME EN MONSTRE.

AU SUJET DE L’AUTEUR

Comme tout bon Québécois, Normand Rousseau est né dans la religion catholique et est même entré dans une communauté religieuse enseignante. C’est au cours de ce séjour qu’il a décroché une maîtrise en Sciences religieuses qui lui a permis de découvrir la profonde immoralité de la Bible.

Pendant 30 ans, il cherché un livre qui expliquerait ou dénoncerait cette immoralité du soi-disant livre sacré. Il a lu des centaines et des centaines de livres sur le sujet. Il a bien découvert quelques livres qui tentaient d’expliquer, de minimiser ou de justifier les nombreux crimes racontés dans ce livre et commis au nom de Dieu, mais jamais un livre qui condamne dans le détail cette immoralité. Finalement, il a décidé d’écrire ce livre, La Bible immorale, et après cinq années d’écriture et plusieurs refus essuyés en France et au Québec, ce manuscrit a été publié par une éditrice courageuse et qui n’a pas froid aux yeux, Louise Courteau. Par la suite, à la même maison d’édition, Normand Rousseau a publié aussi La Bible démasquée et Le Procès de la Bible, donc en tout une trilogie qui dénonce entièrement tous les aspects criminels de ce livre.

Parmi toutes ces lectures, Rousseau a exploré l’histoire de toutes les grandes religions et de leur histoire souvent criminelle, en particulier les trois grands monothéismes.

À titre d’expert en développement international, il a enseigné cinq ans au Maroc ce qui lui a permis de connaître davantage le monde musulman et d’écrire Le Coran, parole divine ou parole humaine, refusé en France comme au Québec.

Passionné par les voyages, Rousseau a visité une cinquantaine de pays ce qui lui a permis d’approfondir ses connaissances sur un grand nombre de religions.

Au cours des dernières années, Rousseau a connu une production prolifique en écrivant une dizaine de livres non encore publiés et refusés à plusieurs reprises en France et au Québec. Le caractère radical de son œuvre est peut-être une explication à tous ces refus.

Un autre volet de son œuvre est la dénonciation des crimes commis par des ethnies chrétiennes. C’est ainsi qu’il a publié L’histoire criminelle des Anglo-Saxons et qu’il a écrit L’histoire des crimes de l’ethnie française non encore publiée.

Conscient que le genre littéraire de l’essai est plutôt rebutant pour le grand public, il a publié un roman policier sur la Bible intitulé La Bombe.

À sa grande surprise et à celle de son éditrice, Rousseau a constaté que les médias au Québec comme en France semblent plutôt pro-religion et qu’il n’est pas facile non seulement de publier, mais que ce genre de livres frappe un mur médiatique étanche.

Excédé par le nombre de refus des éditeurs, Rousseau a décidé de publier ses livres sur Internet. Pour faire connaître ses idées, il prononce aussi des conférences sur ses livres et publie des lettres de lecteur dans les journaux quand ceux-ci veulent bien lui permettre. Là aussi les refus sont nombreux. Par exemple, au cours du début sur la Charte de la laïcité, il a envoyé 25 lettres aux journaux en faveur de cette charte. Elles ont toutes été refusées, sauf quelques-unes.

Dernièrement, Rousseau a ouvert un nouveau volet à son œuvre avec Les Assassaints et les Assassaintes et La laïcité, une grande invention publiés à la Fondation littéraire Fleur de Lys et Le livre noir de l’Église catholique au Québec, non encore publié.

Mais la pièce maîtresse de son œuvre est sans doute Monsieur Jésus, un manuscrit qui réfute la divinité de Jésus en dix arguments. Ce livre replace la divinisation de Jésus dans le grand contexte de la déification de l’homme à travers les siècles, des empereurs babyloniens à Hirohito.

EN SAVOIR PLUS

Cliquez ici pour lire la suite de la présentation, un extrait et commander votre exemplaire (papier ou numérique)

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Nouveaux livres

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire de nos nouveautés

Ce magazine littéraire est désormais réservé à l'annonce de nos nouveautés, à quelques exceptions près (textes de prise de position de votre éditeur).

Tous les autres articles au sujet du monde du livre sont publiés dans un magazine littéraire privé. Pour y accéder, envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante :


abonnement@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :