Les livres de chevet et leurs lecteurs

le-roman-d-une-vie

Clara Lévy, Le roman d’une vie. Les livres de chevet et leurs lecteurs, Paris, Hermann, coll. « Société et pensées », 2015, 250 p.

Présentation du livre sur le site web de l’éditeur

Dis moi ce que tu lis – et ce que tu aimes lire plus que tout –, je te dirai qui tu es ! À l’heure où recule la lecture d’ouvrages, résistent pourtant encore de très forts lecteurs et certains qui érigent un ouvrage au rang de « livre de chevet ». Ce livre de prédilection, pouvant même être celui de « toute une vie », est celui auquel on revient constamment. L’enquête dont les résultats sont ici présentés est fondée sur une centaine d’entretiens approfondis menée auprès de lecteurs entretenant une relation intense avec leur livre de chevet. Sont mis ici au jour les mécanismes, en particulier sociaux, qui fondent le lien unissant le lecteur à son livre de chevet (modalités de rencontre avec ce livre, puis diverses formes d’attachement qui se nouent progressivement…). La manière dont le livre de chevet devient « le livre d’une vie » est ensuite explorée, et en partie expliquée à partir des résonances identitaires que le lecteur y trouve ou y projette.

Au sujet de l’auteur

Clara Lévy, professeur de sociologie à l’université Paris 8/Institut d’études européennes et chercheur au LabTop, est spécialiste de sociologie de l’art et de la littérature. Ses recherches sur les œuvres littéraires abordent les modalités d’écriture et de lecture en lien avec la dimension identitaire.

Source : Éditions Hermann

——-

Critique dans la revue LA VIE DES IDÉES

la_vie_des_idees_01

L’amour des livres

par Vincent Chabault , le 4 novembre

Une enquête menée auprès de plus d’une centaine de lecteurs vise à mettre au jour les mécanismes de la relation intense les unissant à leur livre de chevet.

Si les premiers sondages réalisés pour les éditeurs au cours des années 1960, puis les enquêtes statistiques du Ministère de la Culture et de la Communication depuis 1973, apportent un certain nombre d’informations sur les pratiques de lecture des Français-es, celles-ci restent toutefois limitées à une série d’éléments liés aux propriétés sociales des lecteurs, à la quantité et au genre de livres lus et achetés [Cf. Martine Poulain, « Lecteurs et lectures : le paysage général », Pour une sociologie de la lecture, Paris, éditions du Cercle de la librairie, 1988, p. 29-47.]. Ces études de référence ne disent rien des manières de lire et des modalités d’appropriation des textes. Depuis le chapitre que consacre Michel de Certeau à la lecture [Michel De Certeau, « Lire : un braconnage » in L’invention du quotidien. Tome I : « Arts de faire », Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1990 (1980), p. 229-255.], et depuis surtout l’enquête pionnière de Janice Radway sur la réception de romans sentimentaux par des lectrices américaines [Janice Radway, Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Culture, North Carolina, University of North Carolina Press, 1984.], le sens attribué aux textes par les lecteurs, d’une part, et, d’autre part leurs intérêts de lecture [Gérard Mauger, Claude Poliak, « Les usages sociaux de la lecture », Actes de la recherche en sciences sociales, n°123, 1998, p. 3-24.] constituent des objets de recherche à part entière.

Lire la suite

—–

Critique dans / liens sociaux /

liens_sociaux_01

Il est permis de douter que tout lecteur – même « grand » – ait un livre de chevet (lu, relu et régulièrement consulté). Il semble, d’ailleurs, qu’il s’agisse plutôt ici de réponses – plus ou moins « ad hoc » – données à la question omnibus « quel est votre livre préféré ? », étant entendu que la question n’exclut ni les non-réponses, ni qu’un « livre préféré »(Dans cette enquête, 2/3 sont des romans, 68% ont été publiés après 1950.) puisse devenir un « livre de chevet » (« l’ouvrage d’une vie », p. 29) ou s’avérer n’être qu’une « toquade » (note 31, p. 29), un « engouement passager » (note 101, p. 146). Cette enquête sur les « livres de chevet » a été menée par entretiens auprès d’une population d’une centaine d’enquêtés où les cadres et professions intellectuelles, d’une part, les étudiants, d’autre part, sont surreprésentés (2/3 de bac + 3 et plus, 50 % de 20-34 ans).

La première partie étudie d’abord les circonstances de la rencontre entre le livre préféré et son lecteur en filant la métaphore du « coup de foudre ». Dans cette perspective, il apparaît que la rencontre « arrangée » (prescription scolaire) n’est pas moins propice que la rencontre « élective » (comme une « évasion » initiatique plus ou moins fortuite). Les divers « cercles de sociabilité lectorale » – réels (famille et groupes de pairs) ou virtuels (medias) – sont également des sites de prescription par où transitent la transmission des héritages culturels maternels et/ou paternels, l’influence des groupes de pairs, l’impact des émissions littéraires ou les effets de « l’audiovisuel ».

Lire la suite

 

—–

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
One comment on “Les livres de chevet et leurs lecteurs
  1. […] Présentation du livre sur le site web de l'éditeur Dis moi ce que tu lis – et ce que tu aimes lire plus que tout –, je te dirai qui tu es ! À l'heure où recule la lecture d'ouvrages, résistent pour…  […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire de nos nouveautés

Ce magazine littéraire est désormais réservé à l'annonce de nos nouveautés, à quelques exceptions près (textes de prise de position de votre éditeur).

Tous les autres articles au sujet du monde du livre sont publiés dans un magazine littéraire privé. Pour y accéder, envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante :


abonnement@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :