Le design de l’imperceptible : comment concevoir ce qui ne se voit pas ? via InternetActu

internet_actu_01

Bruno Truong (@brunotruong) est ingénieur et designer. Il présentait récemment à la Paillasse, dans le cadre des jeudis design (qui ont lieu tous les premiers jeudis du mois), son travail théorique, qui s’intéresse à la “matière imperceptible”, ces matériaux comme les gènes ou les atomes, avec lesquels les designers de demain devront imaginer nos interactions…  

Penser la matière

Comment les objets évoluent-ils ? A la fin du XIXe siècle, l’archéologue et ethnologue britannique https://en.wikipedia.org/wiki/Augustus_Pitt_Rivers”>Augustus Pitt Rivers a été l’un des premiers à classer les objets par forme et date, permettant de montrer, visuellement, leur évolution dans le temps. Mais il a fallu attendre une centaine d’années pour que le philosophe Gilbert Simondon établisse une théorie évolutionniste des objets, montrant que les objets évoluent au fil de la technique, comme s’ils étaient vivants. La miniaturisation en est un bon exemple. Des tubes électroniques aux transistors, l’électronique n’a cessé de se miniaturiser, ce qui a rendu possible à son tour la miniaturisation des objets électroniques, explique le designer en montrant l’évolution de la taille des ordinateurs. Mais la technique n’est pas la seule fonction qui préside à l’évolution des objets. Si c’était le cas, nos téléphones mobiles auraient déjà disparu, alors que les smartphones n’ont cessé de grandir. D’autres critères sont à prendre en compte, comme des choix sociaux et économiques ou l’ergonomie…

internetactu_001

Image extraite de la présentation de Bruno Truong, montrant l’évolution des ordinateurs et celle des smartphones.

Cette tension entre le design et la technique, Bruno Truong l’explique par l’évolution même du matériel que façonne le designer. Avec le numérique, celui-ci a disparu. Nous sommes passés du design industriel qui façonne les matériaux de l’industrie, au design d’interface, né en 1968 avec Douglas Engelbart qui invente la souris et la métaphore du bureau pour faire face à cette dématérialisation des nouveaux objets sur lesquels doit désormais travailler le designer. Alors que le designer industriel travaille la matière physique, le designer d’interfaces travaille la matière numérique. Mais pas seulement. Le numérique est bien souvent un mélange entre objet et interface, entre hardware et données, comme le montre la matérialité de la souris ou de bien des objets conçus pour l’internet des objets.

Cette nouvelle matière s’apprête à être bouleversée à son tour par la révolution NBIC qui s’annonce. En 2007, IBM imagine un système de séquençage ADN via un tunnel en Silicium de quelques manomètres, le transistor ADN. La séparation entre matières et données devient de plus en plus floue. En 2013, le designer Skylar Tibbits, responsable du Laboratoire d’auto-assemblage du MIT,  imagine l’impression 4D, à partir de matériaux adaptatifs… capables de réagir à l’humidité, la chaleur ou la lumière, sous la forme d’une chaîne qui, plongée dans l’eau, va former le logo du MIT…

Comment appeler ces nouvelles formes de design qui ne sont ni une conception d’objets ni une conception d’interfaces ? Quelle matière le designer est-il appelé à travailler demain ? De quel design parle-t-on ? Comment caractériser un nanotube de carbone pour un designer ?… Voici venu le temps de concevoir des matières invisibles, qu’on ne peut ni toucher ni sentir. Qu’on peut seulement imaginer. “Ce sont des matières à penser. Parce qu’elles sont imperceptibles.” Que deviennent les pratiques des designers dont les matières sont imperceptibles ?…

Lire la suite

——-

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
One comment on “Le design de l’imperceptible : comment concevoir ce qui ne se voit pas ? via InternetActu
  1. […] Bruno Truong (@brunotruong) est ingénieur et designer. Il présentait récemment à la Paillasse, dans le cadre des jeudis design (qui ont lieu tous les premiers jeudis du mois), son travail théorique…  […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :