Connaissez-vous la parémiologie ?

aipiap_logo_azul

Du 1er au 8 novembre prochain (2015), l’Association Internationale de Parémiologie (AIP-IAP) tiendra à Tavira au Portugal son neuvième colloque interdisciplinaire sur… les proverbes (site web). Eh ! Oui, la parémiologie, c’est l’étude des proverbes.

Wikipedia-logo-v2-fr.svg

La parémiologie, du grec paremia, « proverbe », est la discipline qui a pour objet l’étude des proverbes et expressions apparentées – sentences, préceptes, slogans, devises… – reprises sous le nom de « parémies ».

Brève histoire de la recherche

Cette discipline s’est longtemps développée de manière indépendante, voire cloisonnée, avant de progressivement connaitre un développement international notamment grâce aux travaux du germaniste et linguiste américain Archer Taylor (1890-1973). Son ouvrage The Proverb publié en 1931 est encore considéré de nos jours comme une incontournable introduction à la parémiologie1.

Matti Kuusi (1914-1998), son plus proche collaborateur et premier éditeur de la revue internationale Proverbium (de 1965 à 1975), a poursuivi son œuvre. Il s’est notamment intéressé au statut de la parémiologie dans les milieux académiques, souvent confinée à l’étroit dans les instituts d’ethnologie, et s’est attaché à établir une typologie des proverbes et une terminologie parémiologique.

Se réclamant de ces deux précurseurs, le linguiste Wolfgang Mieider a poursuivi le travail de publication et d’internationalisation de la discipline à la tête de la revue Proverbium qu’il dirige encore au début du XXIe siècle. La parémiologie a depuis les années 1960 pris un essor important et reste en constante évolution. Parmi les chercheurs marquant de la fin du XXe siècle, on peut mentionner les français Claude Buridant, François Suard et l’ethnologue et linguiste belge François-Marie Rodegem (1919-1991) auquel on doit, suivant le premier, « des critères remarquables d’identification et de classement ».

Nomenclatures

Plusieurs tentatives de nomenclatures ont essayé de démêler le flou terminologique qui règne en cherchant à appliquer une échelle de valeur entre toutes les formules sapientales afin de procurer à la recherche un ensemble terminologique commun. On trouve une première proposition de nomenclatures significative avec le chercheur espagnol José Gella Iturriaga en 1977 regroupées sous le terme paremia. La recherche espagnole est d’ailleurs à la pointe de la discipline avec la revue internationale Paremia. Gella compte neuf formules gnomiques que recouvre le terme paremia : les proverbes, le dictons, les locutions proverbiales, les sentences, les maximes, les apophtegmes, les dialogismes, les principes, les adages et les wellerismes. D’autres unités linguistiques peuvent également avoir certaines caractéristiques parémiologiques comme la devise, le précepte ou l’expression populaire, que Gella appelle « presque parémies ».

En 1984, en France, François-Marie Rodegem substitue, avec François Suard, le terme de « parémie » à « ce qu’on appelle généralement proverbe ». La parémie est alors définie comme « une sentence lapidaire normative » à « réserver aux énoncés sentencieux pris globalement ». Suivant Rodegem, elle se caractérise par sa morphologie rythmique, sa structure analogique et son statut normatif. Rodegem propose une répartition de dix ypes d’expressions parémiologiques en trois groupes, l’un exprimant une morale générale (proverbe, locution proverbiale, maxime, aphorisme), le suivant exprimant une norme restreinte (dicton, adage, slogan, devise) et le dernier regroupant les genres marginaux (apophtegme, wellerisme).

Ces nomenclatures sont encore l’objet de débat et l’on trouve encore d’autres présentions, notamment dans les travaux de Pierre J.L. Arnaud qui, dans son article Réflexions sur les proverbes distingue lui onze catégories de parémies, rejetant notamment le wellerisme et ajoutant l’axiome et les truismes proverbiaux. Il propose par ailleurs une méthode d’identification basée sur une série de filtres successifs – lexicalité, autonomie syntaxique, autonomie textuelle, valeur de vérité générale et anonymat – au travers desquels seuls les proverbes doivent ressortir.

Source : Wikipédia

Lire aussi

les_pro_verbes_01

Ça vient d’où un proverbe : l’étude des origines

Documents spécialisés à télécharger

Figement et défigement des proverbes comme outil didactique du FLE

Étude descriptive des proverbes dans la littérature hispanique médiévale et pré-classique et de leur fonctionnement au sein des mécanisme de l’argumentation

Proverbes québécois et proverbes français

Les parémies, exploration d’un genre

——

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
One comment on “Connaissez-vous la parémiologie ?
  1. […] Du 1er au 8 novembre prochain (2015), l'Association Internationale de Parémiologie (AIP-IAP) tiendra à Tavira au Portugal son neuvième colloque interdisciplinaire sur… les proverbes (site web). E…  […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :