Tempête Amazon déclenchée par le New York Times

amazon_akbar_02

« Amazon, les perfectionnistes s’y rendent pour se sentir minables »

actualitte_logo_02(ActuaLitté – Nicolas Gary – 17 août 2015) Il aura fallu un immense papier du New York Times pour que Jeff Bezos sorte de sa tanière et de ses vacances. Le grand patron d’Amazon a dû se sentir obligé de réagir, considérant que la description faite n’est pas celle de sa société. À moins que l’identité de la firme n’ait totalement échappé à son créateur ? C’est que le portrait brossé présente une sorte de monstre froid, dédié à l’innovation, et qui compte des dizaines de millions de consommateurs aux États-Unis. 

La presse connaît bien Amazon : sortie des sentiers rebattus de la communication officielle, la firme est avare de commentaires. Cette relation complexe se ramifie aisément au sein même de l’entreprise, affirme le quotidien. Il cite la formule de John Rossman, auteur du livre The Amazon Way : « Un grand nombre de gens qui y travaillent perçoivent cette tension : c’est le meilleur endroit où je déteste travailler. » C’est que la formule Amazon motive autant qu’elle détruit. Mais on ressort manifestement différent de l’expérience professionnelle.

Un employé de la société, en France – c’est déjà tout dire – nous expliquait sous couvert d’un absolu secret, combien les équipes sont pressurisées. Un papier, un crayon, et tout le reste doit venir du cerveau de celui qui est assis. Pas question de dépenser des sommes astronomiques, puisque l’innovation vient de ce que les salariés peuvent concevoir. Et ce qui se conçoit bien, n’est-ce pas, s’énonce clairement…

Lire la suite

Conditions de travail : retour de flamme dévastateur pour Amazon

travail-chaines_01

actualitte_logo_02(ActuaLitté – 20 août 2015 – Nicolas Gary)« Merdre », dirait Ubu. Si Jeff Bezos comptait finir son été peinard, et reprendre en septembre avec un large sourire, se remémorant les vacances, le sable fin et blanc, etc., c’est fichu. L’article publié dans le New York Times la semaine passée n’est vraiment pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Une députée démocrate a décidé de demander une enquête sur les conditions de travail dans The Everything Store.

Les journalistes américains décrivaient en effet une société inhumaine, dont les techniques de management et de gestion du personnel frôlaient l’esclavagisme. Nancy Pelosi, la députée démocrate, a manifestement pris connaissance de l’article, et selon elle, même si elles sont vraies, « elles n’auront désormais plus leur place ». 

Suite à la parution du papier, la démocrate s’est rendue sur le campus d’Amazon, à Seattle, pour évoquer des lois garantissant la sécurité des employés. Mais dans le même temps, son intervention n’a fait qu’attirer plus encore l’attention sur le géant de la distribution en ligne. 

Bezos n’était pas particulièrement à l’aise, si l’on se fie à sa réaction : « Je ne reconnais pas cette société Amazon décrite et j’espère vivement que vous non plus. » Pourtant, l’ensemble des témoignages collectés par le NYT émane d’anciens employés de la firme. Dina Vaccari, responsable des cartes-cadeaux expliquait : « J’étais tellement accro que je voulais réussir dans cette société. Pour ceux d’entre nous qui sont allés y travailler, c’était comme une drogue par laquelle on pourrait obtenir une meilleure estime de soi. » (via Publishers Weekly)

Lire la suite

—-

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :