Une étude de Nadine Desrochers au sujet des pratiques d’écriture et de publication des écrivains québécois à l’ère numérique

sharp_2015_01

sharp_logo_482x433Dans le cadre du 23e congrès annuel de la SHARP (Society for the History of Authorship, Reading & Publishing) qui s’est tenu Longueuil/Montréal (Canada), du 7 au 10 juillet dernier (2015), Nadine Desrochers a prononcé une conférence sous le titre “Visiteurs, résidents, guides et touristes : pratiques d’écriture et de publication des écrivains québécois à l’ère numérique” dans laquelle elle révèle quelques statistiques d’un sondage réalisé auprès des membres de l’Union des Écrivaines et des Écrivains Québec (UNEQ). Voici le résumé de sa conférence où l’on retrouve ces statistiques :

Nadine Desrochers

“Visiteurs, résidents, guides et touristes : pratiques d’écriture et de publication des écrivains québécois à l’ère numérique”

Résumé

Cette communication se penchera sur les pratiques et perceptions du groupe se situant à la source du système-livre: les écrivains. Les études qui s’y sont attardées (cf. Craig, 2006; Paling et Martin, 2011; Toane et Rothbauer, 2014) ont rencontré des difficultés communes, notamment en ce qui a trait au « faible degré de codification » qui régit l’appartenance au monde littéraire (Bourdieu, 1992, p. 370). Il en résulte un malaise partagé dans la définition de l’« auteur » comme sujet de recherche faisant écho aux variations dans les conditions d’adhésion aux associations professionnelles ou d’éligibilité au financement. Qui plus est, si, à l’ère numérique, le statut d’auteur et la consécration sont toujours ancrés dans l’objet livre, celui-ci se voit mis en relation avec des supports et formats démultipliés.

Les résultats présentés proviendront d’un sondage mené auprès des membres de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) en mai 2014. 52,2 % des répondants déclarent avoir publié au moins une œuvre en format numérique chez un éditeur reconnu. 51 % des répondants déclarent aussi avoir un site ou une page Web, souvent hébergés sur des plateformes de médias sociaux. Ces sites accueillent, pour 23 % des auteurs qui en font usage, des versions intégrales en accès libre de certaines de leurs œuvres et ce même si certaines d’entre elles ont été publiées en formats imprimé ou numérique destinés à la vente. La nature des œuvres change également et les écrivains hésitent parfois devant la définition d’une œuvre hypermédiatique ou encore devant le rôle du code source dans leurs pratiques d’écriture.

Fait intéressant, les répondants au sondage sont en grande majorité (93 %) âgés de 35 ans et plus; 66 % sont âgés de plus de 54 ans. Il ne s’agit donc pas de relève, d’autant plus que 52 % sont membres titulaires (et donc auteurs littéraires établis). Dans ce contexte, l’étude des modalités de diffusion textuelle et paratextuelle se doit d’être faite non seulement dans une perspective générationnelle, mais bien « régénérationnelle », tendant vers un continuum comme celui des « résidents » et « visiteurs » numériques que White et Le Cornu (2011) ont proposé en réponse à l’approche générationnelle de Prensky (2001). Perçues comme partie prenante des comportements informationnels des écrivains, les pratiques d’écriture et de diffusion numériques permettent dès lors de mettre à contribution les outils des sciences de l’information pour l’étude de l’évolution du système-livre.»

Références

Bourdieu, P. (1992). Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire. Paris : Seuil.

Craig, A. (2006). The practice of poetry: Identity, community and subculture (Thèse de doctorat). New York University, New York. Repéré à http://search.proquest.com/dissertations/docview/305281159/7A8495CEEC634516PQ/6?accountid=12543

Paling, S., & Martin, C. (2011). Transformative use of information technology in American literary writing: A pilot survey of literary community members. Journal of the American Society for Information Science & Technology, 62(5), 947–962. doi : 10.1002/asi.21514

Toane, C., & Rothbauer, P. M. (2014). « Pure delight and professional development »: The reading practices and library use of an active poetry community. Revue canadienne des sciences de l’information et de bibliothéconomie, 38(2), 97–126. doi : 10.1353/ils.2014.0010

Prensky, M. (2001). Digital Natives, Digital Immigrants. On the Horizon, 9(5). Repéré à http://www.marcprensky.com/writing/Prensky%20-%20Digital%20Natives,% 20Digital%20Immigrants%20-%20Part1.pdf

White, D.S. et Le Cornu, A. (2011). Visitors and Residents: A new typology for online engagement. First Monday, 16(9). Repéré à http://firstmonday.org/article/view/3171/3049

* * *

Cliquez ici pour lire les résumés de toutes les conférences du SHARP 2015

* * *

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :