Pourquoi les logiciels ont mangé le monde ? par Marc Andreessen

slate_fr_01Tout le monde sait aujourd’hui comment les robots remplacent et continuent à remplacer les ouvriers dans les usines. Un aspect moins connu de la substitution du travail humain par l’automatisation et la technologie, qui a un impact pourtant considérable sur les classes moyennes des pays développés, est celui du remplacement des travailleurs du savoir, ceux qui manipulent de l’information, par les logiciels.

«Les logiciels mangent le monde» et les ordinateurs de plus en plus puissants et intelligents prennent notre travail souligne un article d’Associated Press. «Tout ce que les humains peuvent faire, une machine peut le faire aussi aujourd’hui» explique Moshe Vardi, un scientifique spécialiste des ordinateurs de la Rice University de Houston. «Nous faisons des choses qui ressemblent à de la science-fiction». Google et Toyota font rouler des voitures qui sont capables de conduire seules, sans humains, dans la circulation. Le Pentagone utilise des robots en Afghanistan pour déminer les routes et mène une guerre aérienne en utilisant massivement des drones, des avions sans pilotes. L’université de North Carolina a lancé il y a quelques jours une librairie où les robots -les «bookBots»- vont chercher et rapporter les livres dont ont besoin les étudiants. Fini les libraires.

Lire la suite

Le logiciel va manger le monde

philippe_silberzahan_01Le blog de Philippe Silberzahn – En août 2011, Marc Andreessen écrivait, dans le Wall Street Journal, un article intitulé « Why software is eating the world », ou pourquoi le logiciel mange le monde. Cet article était prophétique, et jamais l’évolution envisagée par son auteur à l’époque n’a été autant d’actualité.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, rappelons qu’Andreessen est l’auteur du premier navigateur Internet de l’histoire, Mosaïc (ancêtre d’Internet Explorer). C’est également le co-fondateur de Nestscape, qui a en quelque sorte inauguré la révolution Internet en 1995 avant d’être terrassé par Microsoft dans les années 2000. Aujourd’hui, Andreessen est un investisseur en capital risque (VC) et l’un des plus fins observateurs de la scène entrepreneuriale mondiale.

Son argument est simple: de plus en plus de ce qui fait la valeur d’une industrie consiste en l’information qu’elle manipule, et cette information est manipulée par le logiciel. Ergo, de plus en plus de ce qui fait la valeur d’une industrie est le logiciel.

Lire la suite

Économie du partage, ou la répartition des richesses

actualitte_logo_02La formule de Marc Andreessen a fait des ravages : « Pourquoi les logiciels ont mangé le monde ? » Concise, fulgurante, cette conclusion observait tout simplement le mouvement en cours. Les start-ups montées sur internet dévorent littéralement la toile, et notre quotidien. Dévorent, ou facilitent, c’est selon, mais explorent la Share Economy, l’économie du partage. Sauf que, qui partage quoi ? 

L’édition n’a rien à reprocher à Uber : historiquement consommatrice de taxis, cette industrie, autant que les particuliers, a rapidement compris l’intérêt du service, moins cher, souvent présenté comme plus qualitatif… Pourtant, Uber ressemble bien à d’autres monstres de la Toile, et, comme le monde du livre avec Amazon, la profession des chauffeurs pointe volontiers l’agressivité commerciale d’Uber. Peut-être que la présence de Jeff Bezos comme investisseur d’Uber, à titre personnel, s’explique plus facilement. 

Mesurer l’édition à l’aune d’Uber rend schizophrénique. Les chauffeurs de taxi, cartel monopolistique, ont préservé un marché en restreignant les licences délivrées. Pour avoir tenté de conserver un marché, la profession a fini par oublier d’innover, pour attirer les clients. Et donc, en oublier le bien-être des clients. Évidemment, la situation est plus nuancée : yin et yang. 

Mais les acteurs de l’édition se souviendront de la procédure judiciaire contre Priceminister, intenté par le Syndicat de la librairie française. La gratuité des frais de port, innovation commerciale, était devenue inadmissible. Puis, au cours du Salon du livre de Paris, en 2013, ce fut l’attaque portée contre Youboox, et son service de lecture en illimité. Deux exemples étayant le problème.

Lire la suite

Le logiciel dévore le monde… depuis les États-Unis

age_de_la_multitude_01Marc Andreessen, concepteur du premier navigateur graphique, Mosaic, et désormais l’un des plus influents venture capitalists du marché, a pour habitude de déclarer que « le logiciel dévore le monde ». Il a explicité sa formule dans un article paru l’année dernière dans le Wall Street Journal : l’ère du pure playing est terminée ; désormais le logiciel va s’immiscer dans tous les secteurs de l’économie, s’hybrider avec le matériel et affecter les positions et les niveaux de marge de tous les acteurs en place.

Apple, Google et Amazon sont exemplaires des disruptions que le logiciel inflige à différents secteurs de l’économie. Avec l’iPod et iTunes, Apple a imposé un nouveau modèle économique à l’industrie de la musique. Avec son moteur de recherche et la régie AdWords, Google a capté une part croissante des recettes publicitaires en ligne et généralisé la mesure de la performance dans ce secteur, bouleversant au passage les modèles économiques de tous les acteurs qui dépendent de la publicité, notamment les médias. Amazon a déployé une infrastructure globale et ouverte pour la vente en ligne et, en raccourcissant sans cesse ses délais de livraison, s’apprête à s’attaquer aux positions des géants de la grande distribution. Wal-Mart l’a bien compris et a décidé de prendre les devants en cessant de vendre les terminaux Kindle, suggérant une guerre à venir entre le géant de la grande distribution et celui de la vente en ligne. Le vainqueur, heureusement ou malheureusement, est connu d’avance – après tout, Wal-Mart a, à l’époque, lui-même provoqué la faillite de la plupart de ses concurrents dans la distribution alimentaire aux Etats-Unis.

Lire la suite

 

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :