Ces auteurs en quête de l’avis des comités de lecture des éditeurs

refuse_02

Après plus de dix ans d’existence, la Fondation littéraire Fleur de Lys durci le ton face aux auteurs en quête d’avis de son comité de lecture.

La démarche d’un auteur nous en a donné l’occasion un peu plus tôt cette semaine. Nous demandons toujours aux auteurs de suivre la procédure de soumission de leurs manuscrits à notre comité de lecture. Cette procédure est publiée sur le site web de notre maison d’édition en ligne sous le titre «Comment nous soumettre votre manuscrit ?».

Bonjour,

Merci pour votre intérêt envers notre maison d’édition. Vous devez prendre connaissance des informations publiées sur le site web de notre maison d’édition pour choisir l’une ou l’autre de nos option d’édition et décider si notre contrat d’édition vous convient.

https://editionfondationlitterairefleurdelys.wordpress.com/

Or, cet auteur a refusé de suivre cette procédure prétextant vouloir  d’abord connaître la décision de notre comité de lecture. Pour la première fois de son histoire, la réponse de la Fondation littéraire Fleur de Lys fut courte, définitive et brutale :

Bonjour,

Votre proposition est rejetée parce que vous ne suivez pas les instructions données aux auteurs :

https://editionfondationlitterairefleurdelys.wordpress.com/soumettre-votre-manuscrit/

Bonne chance.

La prise de connaissance de ces instructions (procédure à suivre pour soumettre votre manuscrit) constitue la première étape à franchir par l’auteur avant de nous soumettre son manuscrit parce que, trop souvent, notre comité de lecture se donne la peine de lire un manuscrit et en accepte la publication, alors que l’auteur refuse par la suite nos conditions d’édition.

Notre comité de lecture a travaillé pour rien parce que l’auteur ne s’est donné la peine de lire nos conditions d’édition avant de nous soumettre son manuscrit.

L’application stricte du principe de précaution s’impose puisque le nombre de manuscrits soumis à notre attention augmente sans cesse.

Désormais, un avis de refus sera envoyé à tous les auteurs qui nous contactent pour la première fois et qui ne suivent pas nos instructions pour nous soumettre leurs manuscrits. Cet avis comprendra un appel au respect de la procédure à suivre à défaut de quoi il pourra considérer ce refus comme définitif.

Pas de diagnostic littéraire «gratuit»

Plusieurs auteurs sollicitent l’avis des comités de lecture des éditeurs pour obtenir gratuitement un diagnostic littéraire de leurs œuvres. Cette démarche embourbent les comités de lecture qui peuvent ainsi prendre 3, 6 voire 12 mois pour répondre à l’auteur.

La démarche de l’auteur s’avère vaine car l’avis original du comité de lecture transmis à l’éditeur n’est pas divulgué à l’auteur.

Ce dernier reçoit uniquement une lettre de refus ou d’acceptation de son manuscrit. L’évaluation détaillée de l’intérêt de l’œuvre et de la somme du travail éditorial à effectuer avant publication demeurent entre les mains de l’éditeur.

L’auteur en quête d’un diagnostic littéraire doit se tourner vers des services spécialisés et non pas vers les comités de lecture des éditeurs.

Valeur commerciale de l’œuvre

Certains auteurs croient d’emblée que l’acceptation de leurs manuscrits par des éditeurs confirme la valeur commerciale de leurs œuvres.

Or, l’acceptation d’une œuvre par un éditeur ne tient pas toujours à sa valeur commerciale.

En effet, un éditeur peut souhaiter donner une première chance à un auteur, publier une œuvre à titre de témoignage d’un genre littéraire ou d’une nouvelle catégorie d’auteurs,… bref ajouter une œuvre à son catalogue en sachant que sa décision ne sera pas rentable (mais compensée par d’autres succès).

Dans le contexte où l’éditeur demande à l’auteur de partager le risque financier avec lui, l’auteur doit être conscient que sa participation financière est souvent à l’origine de l’acceptation de son manuscrit, davantage que la valeur littéraire et/ou commerciale de son œuvre. Le risque réduit, l’éditeur peut se permettre d’accepter des manuscrits ayant moins de chance de connaître un véritable succès commercial.

Et dans certains, le succès commercial de l’éditeur se limite à celui qu’il a auprès des auteurs.

Avis aux auteurs en provenance d’Édilivre (France)

Depuis quelques temps, des auteurs édités ou déjà accepté par la firme Édilivre (France) nous soumettent leurs œuvres. Certains de ces auteurs nous informent que le manuscrit qu’ils nous mettent a déjà été accepté par Édilivre, visiblement pour nous mettre en compétition avec cet éditeur français. Or, notre offre ne se compare pas avec celle d’Édilivre, pas plus que nos conditions d’édition. Par exemple, nous ne distribuons pas nos livres dans les librairies traditionnelles (c’est ce que l’auteur apprend en prenant connaissance de nos conditions d’édition et de notre contrat d’édition).

D’autres auteurs nous soumettent leurs manuscrits parce qu’ils sont déçus par Édilivre. Ici encore, on ne peut faire aucune comparaison entre notre offre et celle d’Édilivre. Nous ne sommes pas une alternative à Édilivre. Notre offre est unique.

Négociation entre l’auteur et l’éditeur

La Fondation littéraire Fleur de Lys ne négocie pas avec les auteurs parce qu’elle s’en tient à une seule et même offre faite à tous les auteurs. Certains auteurs souhaitent connaître l’avis de notre comité de lecture en prévision d’une négociation avec nous. Cette pratique s’observe principalement dans l’édition traditionnelle. L’auteur ne doit pas projeter la façon de procéder de l’édition traditionnelle sur les autres types d’édition (édition à compte d’auteur, édition participative,…). L’auteur qui ne différencie pas les pratiques des différents types d’édition est mal informé.

Un auteur bien informé en vaut deux

L’adage voulant qu’un consommateur averti en vaut deux s’applique à l’auteur en quête d’un éditeur. Le monde de l’édition demeure peu ou mal connu de la grande majorité des auteurs (et des lecteurs). Malheureusement, les auteurs ne s’impose pas un maximum de connaissance du milieu auquel ils prétendent appartenir. Ils avancent à ta tons avec une confiance aveugle en leur minimum de connaissance de l’édition. L’auteur qui n’a pas voulu suivre nos instructions pour le dépôt de son manuscrit un peu plus tôt cette semaine a frappé un mur. Un mur que j’ai érigé en toute connaissance de cause pour marquer le coup.

Si vous êtes un auteur qui ne s’intéresse pas au fonctionnement du monde du livre mais uniquement à la publication de votre œuvre, vous êtes vulnérables.

—-

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Dossier - Conseils aux auteurs

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :