Les éditeurs sont-ils ringards parce qu’ils utilisent le mauvais logiciel ? via Rue 89

Rue89

Thierry Crouzet est un écrivain et blogueur qu’on aime lire, tant il a l’art de soulever des questions originales et profondes. Dans ce post, publié le 2 avril, il émet une hypothèse intéressante : et si la stagnation du livre numérique n’était pas une affaire d’économie ou d’usage de lecture, mais de logiciel ? En d’autres termes, tant que les écrivains produiront leurs textes sur des logiciels destinés à la publication papier, ils n’inventeront pas des formes adaptées au numérique. N’oublions jamais que dans toute l’histoire de la littérature, les mutations des supports et des techniques ont été accompagnées de mutations esthétiques. Une de plus serait donc à imaginer. Ce texte a été écrit, selon les mots de Thierry Crouzet, « en préparation d’une petite intervention lors des rencontres interprofessionnelles “ Acteurs du livre face aux bouleversements du numérique ” à Florac le 3 avril 2015 ». Il nous a aimablement autorisé à le reproduire ici. Nous l’en remercions.

Xavier de La Porte

* * *

Savez-vous pourquoi en France le marché du livre électronique stagne sous les 5% du marché ? J’entends dans la salle quelqu’un parler du prix trop élevé des ebooks. Oui, vous avez raison. Mais pourquoi de tels prix ?

Si les ebooks étaient moins chers, les gens en achèteraient davantage, ce qui impliquerait un énorme manque à gagner pour les librairies physiques et en ferait couler beaucoup. On entend souvent cet argument chez certains éditeurs. Il n’est pas tout à fait faux quand on voit ce qui s’est passé aux États-Unis et en Angleterre, les deux pays où les ebooks représentent près de 40% du marché.

Ces groupes sont des transporteurs. Que le livre électronique se développe et cette martingale se casse la figure. Dans cette histoire, la fermeture des librairies ne sera pour eux qu’un dommage collatéral. Je crois qu’ils se fichent bien des libraires, sinon ils leur accorderaient des marges supérieures pour les sauver dès aujourd’hui. Nous vivons donc sous le joug du protectionnisme. Bien sûr ça ne durera pas. À un moment donné, la chute sera brutale, parce que d’autres acteurs court-circuiteront cette belle mécanique.

Lire la suite

* * *

LIRE AUSSI

lobs_rue_89_01Aux Etats-Unis, le livre numérique dépasse le livre papier

good_e_reader_01How Will People Read Books 20 Years from Now?

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
One comment on “Les éditeurs sont-ils ringards parce qu’ils utilisent le mauvais logiciel ? via Rue 89
  1. […] Thierry Crouzet est un écrivain et blogueur qu’on aime lire, tant il a l’art de soulever des questions originales et profondes. Dans ce post, publié le 2 avril, il émet une hypothèse intéressante :…  […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :