Fleur Pellerin, ministre de la culture, France : le livre numérique trop cher pour « beaucoup de lecteurs »

Voici un bel exemple de la différence de l’approche gouvernementale du monde du livre entre la France et le Québec. En France, la ministre de la Culture fait de la politique et au Québec, son homologue fait de la gestion et de l’administration.

Ainsi, la ministre de la Culture du gouvernement français vient de prendre position sur le prix des livres numérique en affirmant que plusieurs lecteurs le considère trop et elle invite les éditeurs à y réfléchir. Elle soutient que le développement du marché du livre numérique est bloqué en raison des prix élevés.

Notez que la ministre française prend bient soin de se référer aux lecteurs : «(…) prix du livre numérique, considéré comme trop élevé par beaucoup de lecteurs.» Bref, elle se fait le porte-parole des lecteurs et elle joue son rôle d’intervenante auprès des éditeurs : «Nous encourageons les éditeurs à y réfléchir. »

Jamais la ministre québécoise de la culture oserait faire une telle déclaration car ce serait alors faire de la politique. Elle effet, nos ministres de la culture ne font pas de politique. Ils se limitent à administrer, gérer et distribuer l’aide de l’État, sans faire de politique.

Dans le cas du livre numérique, le gouvernement du Québec (vias la Société de développement des entreprises culturelle – SODEC) donne à l’éditeur un aide financière de 500.00$ par titre jusqu’à un maximum de 5,000.00$ par année. Rien n’est demandé en retour aux éditeurs, pas même un engagement à offrir ces exemplaires numériques à un prix abordable.

actualitte_logo_02

Fleur Pellerin : le livre numérique trop cher pour « beaucoup de lecteurs »

La ministre reçoit l’avis de la Médiatrice

En France, le livre numérique est trop cher

La ministre pose en revanche un constat simple sur le marché du livre numérique : d’un côté, le développement de l’ebook est aujourd’hui bloqué en raison du « prix du livre numérique, considéré comme trop élevé par beaucoup de lecteurs. Nous encourageons les éditeurs à y réfléchir. » L’autre enjeu serait celui du format, et de l’interopérabilité : « Nous poussons, au niveau européen, à la généralisation du format EPUB, afin que les lecteurs ne soient pas enfermés dans des systèmes comme celui de Kindle. »

Source : ActuaLitté

_____

VOIR AUSSI  NOTRE DOSSIER

Le monde du livre au Québec : remise en question du rôle du gouvernement du Québec

_ _ _

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
One comment on “Fleur Pellerin, ministre de la culture, France : le livre numérique trop cher pour « beaucoup de lecteurs »
  1. […] Voici un bel exemple de la différence de l'approche gouvernementale du monde du livre entre la France et le Québec. En France, la ministre de la Culture fait de la politique et au Québec, son homol…  […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :