Journée mondiale de la poésie, 21 mars 2015

journee_mondiale_poesie

Message de Mme Irina Bokova,
Directrice générale de l’UNESCO,
à l’occasion de la Journée mondiale de la poésie
21 mars 2015

Le poète John Burnside a écrit :

« Si ce que nous persistons à nommer
destin semble inexplicable ou cruel
c’est uniquement parce que
nous manquons d’imagination
pour souhaiter ce qu’il nous apporte,
pour l’égayer
par quelque chose de plus inventif
que la consternation. »

Tel est le pouvoir de la poésie. L’imagination permet d’égayer la réalité et insuffle à nos pensées quelque chose de plus inventif que la consternation.

La poésie, chant humain universel, traduit l’aspiration de chaque femme et de chaque homme à appréhender le monde et à partager cette perception avec autrui, grâce à des mots arrangés en rythme et en mètre. Il n’y a peut-être rien de plus délicat qu’un poème ; or celui-ci exprime toute la puissance de l’esprit humain. Il n’existe donc rien de plus résilient.

La poésie est aussi ancienne que l’humanité, et tout aussi variée. Elle est enracinée dans des traditions orales et écrites, dont la diversité est à l’image de celle des visages humains, chacun capturant la profondeur des émotions, pensées et aspirations qui animent chaque femme et chaque homme.

La poésie est une expression intime qui permet de s’ouvrir aux autres : elle enrichit le dialogue qui stimule tous les progrès de l’humanité, tisse des liens entre les cultures et rappelle à tous les individus le destin qui les unit. Ainsi, la poésie est l’expression fondamentale de la paix. Cherif Khaznadar, lauréat du Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe, a déclaré : « La connaissance de l’autre est la porte du dialogue, et le dialogue ne peut s’établir que dans la différence et le respect de la différence ». La poésie est l’expression ultime de la différence dans le dialogue, et dans un esprit d’unité.

Chaque poème, tout en étant unique, reflète l’universalité de l’expérience humaine et un désir de créativité qui s’affranchit de toutes les limites et de toutes les frontières, du temps comme de l’espace, affirmant sans cesse que l’humanité forme une seule et même famille.

Tel est l’esprit de la Journée mondiale de la poésie, et telle est la conviction qui guide toute l’action de l’UNESCO visant à consolider l’humanité en tant qu’une seule et même communauté, par la sauvegarde du patrimoine documentaire poétique à travers le Programme Mémoire du monde ainsi que du patrimoine immatériel de l’humanité. Cela s’est concrétisé par l’inscription récente d’al-zajal sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cette expression poétique traditionnelle du Liban prône la tolérance et le dialogue pour résoudre les conflits et renforcer la cohésion sociale.

En ces temps d’incertitude et d’instabilité, nous n’avions peut-être jamais tant eu besoin de la capacité de la poésie à rassembler les hommes et les femmes, à créer de nouvelles formes de dialogue et à nourrir la créativité dont toutes les sociétés ont besoin aujourd’hui. Tel est le message de l’UNESCO en cette Journée mondiale de la poésie.

Irina Bokova

* * *

La poésie a mille visages

En célébrant la Journée internationale de la poésie, le 21 mars, l’UNESCO reconnaît à l’art poétique sa valeur de symbole de la créativité de l’esprit humain, tout en rendant hommage à tous ces hommes, ces femmes, qui s’évertuent à bâtir un monde meilleur avec, pour seul outil, une parole libre, qui imagine et qui agit.

La poésie permet à l’individu, comme à la société tout entière, de retrouver et d’affirmer son identité. Elle est le ferment de la diversité, quand elle permet aux langues de faire valoir leur place dans le concert des nations ; elle est l’outil du dialogue quand elle prône la tolérance et le respect ; elle est le pilier des traditions orales quand elle véhicule, au fil des siècles, les cultures vivantes.

Fidèle à son engagement de promouvoir la diversité des voix qui tissent la culture mondiale, l’UNESCO s’est associée, dès 2003, aux « Soirées poétiques de Struga », un festival international, qui est l’un des plus anciens au monde et constitue une preuve éclatante de la force vitale de la poésie.

Depuis plus d’un demi-siècle, quelque 4000 poètes traducteurs et critiques littéraires d’une centaine de pays s’y sont succédé, nouant des complicités poétiques au-delà des barrières linguistiques et des différences culturelles. Outre « La Couronne d’or » décernée chaque année à un géant de la poésie mondiale, le festival attribue, en coopération avec l’UNESCO, le prix « Ponts de Struga » à un poète débutant. C’est une manière d’encourager les jeunes à maintenir vivante la flamme orphique, pour redonner l’espoir à notre monde désenchanté, et agir ainsi sur la marche de l’humanité.

« Sache que nul poète n’est issu du royaume des dieux. Mais de la race des hommes », écrivait Léopold Sédar Senghor, poète sérère, poète sénégalais, poète universel. L’UNESCO est à l’écoute de son message qui nous incite à nous « enrichir de nos différences pour converger vers l’universel ». En septembre 2011, l’Organisation a lancé le programme « Rabindranath Tagore, Pablo Neruda et Aimé Césaire pour un universel réconcilié ». Indien, Chilien, Martiniquais, ces poètes engagés ont réagi aux contradictions du système mondial, élaborant une nouvelle intelligence de leur société et du monde. Ils incarnent ainsi un idéal d’humanisme qui se traduit dans leur poésie par ces trois « sésames » de la dignité humaine : Amour, Liberté, Paix.

– 30 –

Source : UNESCO

* * *

Une source d’inspiration

Il existe dans le monde contemporain des besoins insatisfaits en matière esthétique. La poésie peut y subvenir dans la mesure où son rôle social de communication intersubjective est reconnu et où elle demeure le moyen d’éveil et d’expression de la prise de conscience. On assiste depuis trente ans à un véritable mouvement en faveur de la poésie, avec la multiplication des activités poétiques dans le monde et un accroissement du nombre des poètes.

Il s’agit d’un besoin de société qui pousse les jeunes en particulier à revenir aux sources et constitue un moyen pour eux de se confronter à eux-mêmes, alors que le monde extérieur les attire irrésistiblement hors d’eux-mêmes. De plus, le poète, en tant que personne, prend un rôle nouveau car les soirées poétiques avec lecture de poèmes par les poètes eux-mêmes sont de plus en plus appréciées du public.

Ce mouvement de société dans la reconnaissance des valeurs ancestrales est aussi un retour vers la tradition orale et l’acceptation de la parole en tant qu’élément sociabilisant et structurant de la personne. Il existe encore une tendance dans les médias et le grand public en général à refuser de prendre au sérieux le poète. Il est utile d’agir pour s’en libérer afin que cette image soit révolue et que la poésie puisse avoir droit de cité dans la société.

Source : UNESCO

* * *

unesco_canada_01

Concours de poésie : les réfugiées et les droits de la personne

Durée du concours : du 2 mars au 2 avril 2015

De nouveau cette année, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés au Canada, en collaboration avec la Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO), a organisé un concours de poésie pancanadien dans le but de célébrer la Journée mondiale de la poésie de l’UNESCO le 21 mars 2015 ainsi que la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin 2015.

Le concours invite des élèves de la 4e à la 12e année des écoles à travers le Canada d’utiliser l’art comme moyen d’expression et d’engagement social pour s’exprimer sur des enjeux liés au thème des réfugiés et des droits de la personne.

Plus des détails :

Trousse d’information

Le concours sur le site Web du HCR Canada (au bas de la page)

Formulaire de participation

La date d’échéance : le 2 avril 2015

Plusieurs beaux prix à gagner!

Source : UNESCO CANADA (1)

(1) La Commission canadienne pour l’UNESCO relie les Canadiens et l’UNESCO. Elle souhaite ainsi contribuer à une société dans laquelle les Canadiens échangent des connaissances et apprennent les uns des autres, à l’échelle locale et mondiale, en vue de construire un avenir caractérisé par la paix, l’équité et la durabilité. La Commission relève du Conseil des arts du Canada.

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: ,
Publié dans Actualité au jour le jour
2 comments on “Journée mondiale de la poésie, 21 mars 2015
  1. […] Journée mondiale de la poésie, 21 mars 2015  […]

  2. J’adhère complètement, la poésie est un atout majeur pour aider notre société à évoluer dans le bon sens.

    Allez lire gratuitement ce recueil « France et souffrance », ici :
    http://www.monbestseller.com/manuscrit/france-et-souffrance
    ou cet article ici :
    http://www.monbestseller.com/actualite-litteraire-du-cote-des-auteurs/a-quoi-bon-la-poesie

    Il ne faut pas lâcher prise, la poésie est un doux combat qui mène vers la liberté et la paix.

    Khris Anthelme

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :