Écrire sans ponctuation

QR76_Vie_litteraire_250Un livre vient d’attirer mon attention : La vie littéraire signé par Mathieu Arsenault publié ce mois-ci (avril 2014) aux éditions Le Quartenier.

C’est le titre d’un article paru dans le quotidien LE DEVOIR qui m’a conduit à ce livre : Trop de livres, trop de mots, trop d’auteurs – La fin du monde littéraire serait-elle à nos portes ? L’article est réservé aux abonnés du quotidien. Il faut donc allez voir ailleurs (c’est sans doute ce que LE DEVOIR voulait) pour trouver de plus amples informations au sujet de ce livre.

J’ai trouvé sur la page dédiée à ce livre sur le site de l’éditeur un extrait. J’ai éprouvé de la difficulté à le lire parce que le texte n’a pas de ponctuation, si ce n’est qu’un point à la fin d’une longue phrase-paragraphe :

vie-litteraire_01

Je croyais en une erreur. Mais à la lecture d’un second extrait, cette absence de ponctuation s’est révélée un choix délibéré de l’auteur.

Est-ce un nouvel exercice d’écriture littéraire ? Une recherche sur Google s’imposait. Parmi les résultats, un billet de Pierre Assouline publié sous le titre Un point, c’est tout et commençant en ces mots :

«Encore un roman sans ponctuation. Après tout, pourquoi pas si cela correspond à une véritable nécessité d’écriture, et non à un procédé masquant un simple exercice de style ?» Pierre Assouline

Le billet date de 2006. L’auteur Mathieu Arsenault n’a donc pas inventé l’écriture sans ponctuation.

Excusez mon ignorance. Je ne connaissais pas l’écriture sans ponctuation. J’étais bien loin de me douter qu’une écriture sans ponctuation puisse être qualifiée de littéraire et cautionnée par des éditeurs.

Et cette écriture sans ponctuation ne semble pas une extension d’une pratique similaire observée depuis l’arrivée des nouvelles technologies du numérique. En effet, il y a souvent absence de ponctuation dans les courriels et les textos échangés subito presto, tout comme dans les échanges sur les forums de discussion et les sites de clavardage.

Dans ce cas, on peut pointer du doigt le choix de la rapidité au détriment de l’application des règles de ponctuation. Heureusement, ces messages sont courts (pas plus de 140 caractères sur Twitter). On peut donc les lire sans trop de difficultés malgré l’absence de toute ponctuation.

La situation du lecteur est fort différente devant les textes plus longs. Tous ceux et celles un jour confrontés à la lecture d’une phrase interminable sur plusieurs pages se rappelle de la difficulté rencontrée. Imaginez une telle phrase interminable sans aucune ponctuation. La difficulté de lecture s’en trouve décuplée.

La journaliste Chantal Guy du quotidien La Presse Plus parle en ces mots de l’œuvre de Mathieu Arsenault :

«La vie littéraire est, comme Album de finissants, un roman fulgurant, en fragments, mais sans ponctuation, comme pour ligoter la concentration du lecteur. Car pour Mathieu Arsenault, qui refuse que la lecture ne soit qu’un divertissement, et qui trouve que trop de romanciers font plus de jolis cupcakes que des romans marquants, il faut que « chaque ligne soit un feu d’artifice ». « Je suis un peu un déficit d’attention mélangé avec un Asperger, j’ai besoin de “monster trucks” intellectuels. »

Créer son époque, Chantal Guy, La PressePlus, 6 avril 2014.

Pour ma part, aucun texte de ce genre ne parvient à «ligoter» ma concentration. Au contraire, je me retrouve dans le décor aussi vite qu’un automobiliste surpris par une glace noire. Lorsque le texte lui-même attire mon attention, je ne le lis pas, je me concentre involontairement sur l’exercice d’écriture auquel l’auteur s’est prêté. Je n’aime pas que mon attention soit ainsi détournée lorsque je me prête à la lecture.

 

 

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
4 comments on “Écrire sans ponctuation
  1. […] Un livre vient d'attirer mon attention : La vie littéraire signé par Mathieu Arsenault publié ce mois-ci (avril 2014) aux éditions Le Quartenier. C'est le titre d'un article paru dans le quotidien …  […]

  2. Anne_Claude dit :

    Je viens de tenter (en vain) la lecture de deux romans récents où manque la ponctuation de dialogue. Au secours ! Ne me dites pas que c’est une nouvelle mode qui va se répandre ! J’en frémis. La ponctuation, c’est la structure du texte, son rythme, sa respiration.
    Les coupables sont les éditions de l’Olivier (« le cadeau », de David Flusfeder) et les éditions de Minuit (le dernier roman de Jean Echenoz). Pouvez-vous les convaincre de cesser cette pratique indigne ?
    Anne-Claude

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :