Appuyons la campagne Ensemble contre l’analphabétisme

L’ANALPHABÉTISME EN BREF

Être une personne peu alphabétisée au Québec…

Au Québec, 1,3 million d’adultes de 16 ans et plus ont de grandes difficultés avec la lecture (Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes, EIACA, 2003).

Hommes, femmes, personnes nées au Québec ou issues de l’immigration, francophones, anglophones ou allophones, jeunes tout droit sortis de l’école ou personnes âgées ayant peu ou pas fréquenté l’institution scolaire, travailleurs, chômeurs ou sans emploi : le portrait de l’analphabétisme est multiple.

Malgré leurs nombreuses compétences et leur débrouillardise, ces adultes ont tous un point en commun : des difficultés importantes en lecture, en écriture et en calcul.

Tout au long de leur parcours personnel, scolaire ou professionnel, ces adultes ont fait face à des conditions de vie difficiles, ils ont été confrontés à un système scolaire ne répondant pas à leurs besoins ou encore, ils ont été dans l’obligation d’intégrer de façon hâtive le marché du travail pour des raisons financières.

Les personnes peu alphabétisées font souvent face, dans leur quotidien, à diverses situations difficiles. Par exemple :

  • avoir besoin d’aide pour lire leurs factures, remplir un formulaire ou une demande d’emploi;
  • ne pas pouvoir lire la posologie d’un médicament;
  • ne pas pouvoir lire une histoire à leurs enfants ou les aider dans leur apprentissage scolaire;
  • signer difficilement leur nom au bas d’un chèque, d’un contrat, du bulletin scolaire de leurs enfants, etc.;
  • devoir se faire accompagner pour voter ou plus simplement ne pas y aller…

Plus encore :

  • ces personnes évitent les situations compromettantes qui dévoileraient leurs difficultés au grand jour;
  • face aux exigences grandissantes du marché du travail, elles ont beaucoup de difficultés à obtenir et à conserver un emploi;
  • elles ont un accès limité à l’information et aux technologies de l’information;
  • elles exercent peu leurs droits fondamentaux comme le droit à l’éducation, à la santé et au travail.

Bien que les causes et les conséquences de l’analphabétisme soient multiples, isolement, pauvreté, exclusion, précarité et dépendance envers les autres sont le lot d’une grande partie des personnes peu alphabétisées…

Cela est inacceptable !

Pour en savoir plus, visitez la section Dossiers du site du RGPAQ.

Analphabétisme et alphabétisation

Fausses croyances

logo_accueil_2013-02

Pour comprendre la réalité des personnes analphabètes, nous devons mettre de côté nos préjugés et stéréotypes. Cela n’est pas toujours facile, puisque dans la société, les mots « analphabète » et « illettré » sont péjoratifs et négatifs. Ils laissent entendre que ces personnes sont moins « bonnes » que celles qui savent lire et écrire. Le manque d’information à ce sujet contribue largement à renforcer cette perception.

Notre mandat de sensibilisation et d’information vise principalement à démystifier ce problème, à éveiller les consciences et à changer les mentalités face à l’analphabétisme.

Voici une série de fausses croyances répandues à l’endroit des personnes analphabètes et ce qu’il en est réellement.

Au Québec, il y a peu de personnes analphabètes. Il n’y en a que dans les pays en voie de développement. FAUX

16 % des Québécois sont analphabètes et 33 % éprouvent de grandes difficultés de lecture. Il ne s’agit pas là de fiction, mais bien de chiffres réels. L’analphabétisme touche l’ensemble des pays, qu’ils soient industrialisés ou non. Le Québec n’échappe pas à cette réalité.

La majorité des personnes analphabètes (niveau 1) sont des personnes âgées et des immigrants. FAUX

Ce ne sont pas que des personnes âgées. Parmi la population active :

  • 10 % ont de 16 à 25 ans
  • 39 % ont de 26 à 46 ans (en âge d’être parents)
  • 51 % ont de 46 à 65 ans

Ce ne sont pas que des immigrants :

Seulement 31 % des personnes qui sont au niveau 1 sont des personnes immigrantes (16 à 65 ans).

De plus, ces personnes ont souvent de très bonnes compétences en lecture et en écriture dans leur langue. C’est en français qu’elles éprouvent des difficultés. Ces personnes ont davantage besoin de francisation que d’alphabétisation.

Les personnes immigrantes sont souvent plus scolarisées que la moyenne des Québécois. En effet, la scolarisation constitue un critère important pour obtenir le droit d’immigrer dans la province.

Source : Statistique Canada, Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes (Canada) : Fichier de microdonnées à grande diffusion. Compilation : Institut de la statistique du Québec.

Les personnes analphabètes ne sont pas intelligentes. FAUX

Bien au contraire, les personnes analphabètes sont extrêmement débrouillardes. Évoluant dans une culture de survie, elles acquièrent leur débrouillardise rapidement et apprennent dans l’action. Elles réussissent souvent à cacher leur problème pendant une bonne partie de leur vie à leur entourage immédiat, car en apparence, elles semblent fonctionner normalement.

Une personne qui est dyslexique est analphabète. FAUX

Les personnes dyslexiques ne sont pas nécessairement analphabètes. Elles sont capables de lire et d’écrire, même si elles connaissent des difficultés. La dyslexie, comme la dysorthographie et les autres problèmes du même type peuvent être une cause de l’analphabétisme s’ils sont jumelés à un autre facteur, comme le manque d’encadrement et d’aide.

Des parents analphabètes vont forcément avoir des enfants analphabètes. FAUX

Effectivement, un enfant dont les parents sont sous-scolarisés ou analphabètes est plus susceptible de l’être à son tour. Cependant, si les parents sont sensibilisés à l’importance de la lecture en bas âge et qu’ils ont le soutien nécessaire pour participer à l’éducation de leur enfant à la maison, celui-ci arrivera à l’école mieux outillé et aura toutes les chances de réussir.

L’entourage de l’enfant (amis, gardiennes, famille élargie), ainsi que le personnel de l’école auront également une grande influence sur sa réussite scolaire.

Les personnes analphabètes sont toutes au chômage. FAUX

  • 54 % des 16-65 ans sont en emploi (niveau 1).
  • 14 % des 16-65 ans ne travaillent pas, mais sont à la recherche d’un emploi (niveau 1).

De plus, les personnes analphabètes de 60 ans et plus qui sont sur le marché du travail appartiennent aux générations pour qui l’éducation n’était pas obligatoire. Elles ont donc souvent appris leur métier sur le tas et ont toujours travaillé au même endroit. N’ayant pas eu besoin de formation pour gravir les échelons, elles ne sont pas retournées sur les bancs d’école par la suite et sont donc demeurées des travailleurs actifs.

Source : Développer nos compétences en littératie : un défi porteur d’avenir, Rapport québécois de l’Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA), 2003, Québec, Institut de la statistique du Québec, 256 pages

___________________

eca_02Dès le 8 septembre 2011, le Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec, ses membres et les adultes en démarche d’alphabétisation mettront tout en œuvre pour inviter l’ensemble de la société québécoise à faire de la lutte contre l’analphabétisme, une priorité nationale !

Au cours des prochains mois, ils interpelleront directement nos élus, les différentes composantes de la société civile et la population pour leur exposer les conséquences de l’analphabétisme, tant pour les adultes peu alphabétisés que pour l’ensemble de la collectivité.

Les coûts sociaux et économiques de l’analphabétisme sont trop élevés pour ne pas s’en préoccuper…

Les défis à relever pour lutter contre l’analphabétisme sont nombreux.

Cette situation commande l’engagement de tous !

NOTRE APPUI

Lévis, le 8 juin 2013

Madame Caroline Meunier
Responsable des dossiers politiques
Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ)
65, rue de Castelnau Ouest Local 400
Montréal (Québec) H2R 2W3

OBJET : Appui à la campagne

Ensemble contre l’analphabétisme
Dossier urgent et prioritaire

Notre organisme, Fondation littéraire Fleur de Lys, appuie le Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ) dans ses démarches pour réclamer du gouvernement du Québec qu’il s’engage à élever la lutte contre l’analphabétisme au rang de priorité nationale.

Nous considérons tout comme le réseau des groupes populaires en alphabétisation et les adultes les fréquentant que cette priorité doit se traduire par :

  • L’adoption et la mise en œuvre d’une stratégie nationale de lutte contre l’analphabétisme incluant des mesures de lutte à la pauvreté;
  • Des ressources financières pour appuyer à long terme l’ensemble des acteurs de la lutte contre l’analphabétisme et pour soutenir les adultes en démarche d’alphabétisation.

Par cet appui, nous invitons le gouvernement du Québec, et, au premier chef le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport à prendre acte du problème de l’analphabétisme au Québec et des conséquences que cette situation engendre pour les 1,3 million d’adultes peu alphabétisés et leur famille ainsi que pour la société toute entière. Nous l’invitons aussi à faire appel dès maintenant à l’expertise des acteurs de la lutte contre l’analphabétisme dans tout le processus qui mènera à l’adoption et à la mise en œuvre d’une telle stratégie nationale de lutte contre l’analphabétisme, en particulier le RGPAQ.

Également et à court terme, nous invitons plus spécifiquement le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport à répondre aux besoins actuels de ce réseau en :

  • instaurant un programme d’aide financière pour les adultes en démarche d’alphabétisation populaire leur assurant un soutien pour assumer les frais indirects liés à leur participation à cette démarche d’apprentissage (frais de transport, frais de garde, etc.);
  • rehaussant le financement à la mission des groupes populaires en alphabétisation du Québec.

Pour qu’ensemble, nous fassions de la lutte contre l’analphabétisme une priorité nationale !

Serge-André Guay, Président
Fondation littéraire Fleur de Lys

P.S. : Nous acceptons que le nom de notre organisme figure dans la liste des appuis diffusée sur le site Internet de la campagne Ensemble contre l’analphabétisme – Dossier urgent et prioritaire (ensemble.rgpaq.qc.ca).

APPORTEZ VOTRE APPUI MAINTENANT !

eca

Cliquez ici pour ajouter votre appui à cette campagne d’une importance capitale

LIENS

Le site de la campagne

Le site du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour, Événements, Informations

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :